Les jardins de Crépidule!

Nos carnets de jardin
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum supprimeront tout contenu de caractère illégal dès qu'il aura été porté à leur connaissance. Pour que les échanges soient fructueux et que l'ambiance reste conviviale, ils veilleront à ce que la liberté d'expression s'accorde avec le respect des personnes. Les opinions exprimées sont celles des auteurs respectifs, les modérateurs et administrateurs n'en seront pas tenus pour responsables (exceptés concernant les messages postés par eux-mêmes).
crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 10 nov. 2013, 21:24

muscari a écrit :
ça fait vraiment mal et c'est là que l'on voit que ce doigt est très utile :cry:
http://www.smiley-lol.com/smiley/heureu ... ll-mdr.gif
Je suis mortE de rire, je n'avais pas vu la grosse connerie que j'ai écrite! :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Ceci dit c'est mon geste favori et je ne peux plus tendre le majeur, ça me fais hurler de douleur! :mrgreen:

Nicandra
Confirmé
Messages : 1015
Enregistré le : 08 sept. 2013, 20:02
Localisation : Le Lardin St Lazare Dordogne

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Nicandra » 10 nov. 2013, 22:13

Bonsoir Crepidule

Pas grave, change de main, jusqu'à la guérison! ;)

à+

romarin
Confirmé
Messages : 148
Enregistré le : 17 sept. 2013, 09:44
Localisation : bouches du Rhône

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par romarin » 11 nov. 2013, 14:13

:lol: :lol: :lol:
toujours de bon conseil, Nicandra!

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 11 nov. 2013, 16:13

Dimanche dix novembre, je me suis fais mal au majeur de la main droite. Je ne l’ai ni tordu ni cogné mais il est gonflé, rouge et très douloureux, je ne peux pas le bouger et toute ma main est endolorie.
Je mets longtemps ma main dans de la glace et prend du paracétamol mais rien y fait. Dans la nuit j’ai mal et lundi 11 novembre au réveil le doigt est encore plus gonflé, dur et me fais très mal.
Comme vous le savez je suis traumatisé par la médecine et ne vais jamais chez le médecin. Mon enfance passée à l’hôpital sans explication laisse des traces et a encore été plus traumatisante quand j’ai appris que j’étais Intersexe et ai lu mon dossier médical. Par exemple il y a un an et demi, brulée au deuxième degré sur tout le dos, je n’ai pas été en capacité d’aller aux urgences.
Mais ce matin c’est un jour férié en France et je crains que le doigt ne soit cassé. J’accepte donc avec énormément d’angoisse d’aller aux urgences.
Là j’essais de me rassurer en regardant le service tout neuf et agréable, en lisant les innombrables affiches sur la prévention de la douleur, le droit des malades, les diverses chartes qui prônent le respect mais surtout par la présence bienveillante de mon compagnon. Malgré tout je flippe à mort et n’ai qu’une envie, fuir. Dans le même temps je me sens illégitime en me disant que j’en fais beaucoup trop pour un petit bobo et crains les remontrances des médecins à ce sujet.
La première personne qui reçois est plutôt affable et crains elle aussi une cassure. Elle m’envois en radio mais pour remplir le dossier me pose beaucoup de questions sur ma santé. Bien sûr vient le moment ou elle me demande si j’ai déjà été opéré. Je réfléchie rapidement. Lui dire ou ne pas lui dire. Après tout je n’ai pas honte de ce que je suis alors j’annonce les dix opérations. Elle me demande lesquelles et je lui réponds que je suis Intersexe et que ce sont des opérations d’assignation.
Dans un premier temps elle dénie la chose et dit que ça n’existe pas. Puis elle me demande ce que l’on m’a fait en me disant que c’était à ma demande. Je lui fais remarquer que non, que c’était durant l’enfance sans entrer dans un couplet sur la médicalisation des inters et les mensonges systématiques du corps médical. Je lui dis juste qu’ils ont enlevé tout ce qui ne leur convenait pas et il écrit dans le dossier : Hermaphrodite, hystérectomie alors que je n’ai pas parlé de cela et que je n’en sais rien puisque mon dossier ne parle que d’explorations fonctionnelles, ce que je lui ai précisé.
Je vais faire la radio et là je revis l’enfer des radios trimestrielles des poignets quand j’étais enfant puis ado. C’était pour voir mon âge osseux mais on ne me l’a jamais expliqué et j’en fais encore des cauchemars. Le radiologue ne me dit même pas bonjour et me donne des ordres dont l’un que je ne comprends pas. Il s’énerve et se moque de moi.
De retour aux urgences, j’attends seul et n’ose pas regarder la radio, je me sens illégitime à le faire car on m’a toujours interdit de regarder les radios ou les ordonnances et lettres à mon généraliste.
Je suis sur le point de craquer et commence à sangloter. J’ouvre donc l’enveloppe et regarde la radio, il n’y a rien de cassé mais j’ai du mal à ne pas m’effondrer en voyant comme quand j’étais enfant les os de mes mains. Pour tout un chacun c’est banal mais pour moi c’est lourd de sens car les rares fois où j’étais seul à la maison, j’allais dans le placard fermé à clé ou elles étaient rangées. Des piles de petites mains. J’y cherchais des réponses à des questions que je n’arrivais pas à me poser. Car enfin pourquoi faire tant de radios des mains si elles n’ont rien ? C’était à cette époque les preuves en ma possession me permettant de vérifier qu’il y avait quelque chose mais elles ne me disaient rien ! Je connais par cœurs tous les os de mes mains et je pense les avoir reconnu ce matin, avec juste des cartilages plus gros, pourris par l’arthrose. Je le vis comme regardant mon corps mort, celui qu’ils m’ont pris et qui me hante…
Puis j’attends.
Dans le couloir arrive un jeune homme qui se présente à l’équipe. Il dit qu’il est le nouveau que c’est son premier poste et qu’il est orthopédiste. Il demande si ils ont souvent des urgences orthopédiques et la personne qui s’occupe de moi lui répond que non mais que la il y a un problème de doigts.
Plus tard ils rentrent tous les deux dans la salle où j’attends ? Je ne connais ni le nom ni la fonction de personne. Le nouveau me dit bonjour et prend vigoureusement main et la manipule sans ménagement. Je crie de douleur et tente de retirer ma min en lui disant qu’il me fait mal.
Il retient ma main, continu de me tordre le doigt en me disant qu’il doit me faire mal !
Je dis au premier que son confrère est un fou furieux et retire ma main. Celui-ci ne dit rien.
Puis l’orthopédiste joue avec mes pouces et me dis un terme technique que je ne comprends pas. Il parle des mes articulations non soudées qui me permettent de mettre le pouce sur mon poignet ce qui est une caractéristique de mon intersexuation. Je le lui dis et il rétorque que ce n’est pas vrai.
Là il m’annonce que j’ai une écharde (que je n’avais pas vu hier mais que m’ont compagnon m’a signalé ce matin) et qu’elle est fichée dans l’articulation (pourtant elle ne se voit pas à la radio), que je fais une arthrite qui est très grave, qu’il y a probablement un début de septicémie et que si il n’opère pas c’est soit l’amputation du doigt ou de la main, soit la mort !
Il me dit que je passe immédiatement eu bloc et qu’on fera soit une anesthésie locale soit une générale.
Je lui dis que je dois réfléchir et que je sors fumer une cigarette et en parler avec mon compagnon.
J’ai envie de vomir, la tête qui tourne, j’ai très froid et je me sens pris au piège.
Il m’interdit de sortir fumer mais j’y vais quand même.
Je prends la décision de refuser l’opération et de demander l’ordonnance pour des antibiotiques que son confrère me prescrivait et qu’il me retire l’écharde sans ouvrir.
De retour il me demande ma décision. Je lui réponds que je refuse l’opération et lui demande de me préciser ce qu’il souhaite faire sous anesthésie locale.
Il veut ouvrir le doigt sur trois centimètres dégager l’articulation, retirer l’écharde, désinfecter puis refermer. Je lui demande la suite. Il y aura quinze jours de soins deux fois par jours, des antibiotiques sur la même période, puis des séances de kinésithérapie !
Je lui dis donc que si il s’engage à ne faire « que ça » et sous anesthésie local je peux y consentir mais que j’ai encore besoin de réfléchir.
Là il devient agressif, me dit qu’on n’est pas la pour négocier et demande à son confrère de sortir un formulaire de refus de soin !
Je lui dis que c’est lui qui refuse de me soigner et demande l’ordonnance d’antibiotique promise par le premier.
Il refuse et se met en colère.
Je me suis levé et suis parti sans signer quoique ce soit, traumatisé.
J’irai demain chez le généraliste de village pour qu’il me prescrive des antibiotiques et en attendant je vais prendre un bain chaud pour dégager l’écharde et essayer de l’extraire.
Quand il m’a parlé des trois options (amputation du doigt, de la main ou mort), j’ai pensé que finalement la dernière serait certainement la meilleure pour moi.
En arriver là face à la violence médicale semble incroyable. Pourtant, face à tant de maltraitance, depuis l’enfance de la part des ces connards ce n’est pas étonnant mais je m’interroge sur ma capacité en cas de réel besoin à les affronter.

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 11 nov. 2013, 17:16

Crépidule , je ne sais pas quoi te dire. Je voudrais pouvoir te prendre dans mes bras et te faire un câlin. Nous sommes trop éloignés alors je charge Malaky te te faire ce câlin de ma part s'il veut bien.
Je pense que tu dois faire peur aux médecins à certains en tout cas, ou plutôt ta particularité doit leur faire peur.

As-tu quelque chose pour désinfecter la plaie en attendant demain ?

herran
Confirmé
Messages : 387
Enregistré le : 26 sept. 2013, 19:37
Localisation : Gers (quart NE)

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par herran » 11 nov. 2013, 17:21

l'argile est certainement efficace dans ce genre de problème

antoine11
Confirmé
Messages : 351
Enregistré le : 12 août 2013, 10:12
Localisation : montagne noire Audoise

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par antoine11 » 11 nov. 2013, 19:14

courage, et ne t'affoles pas trop.
antibios, sur, avec les articulations, difficiles de s'en passer si l'infection est démarrée, ce qui a tout l'air d'être le cas; surtout sur une articulation d'un certain âge, touchée par l'arthrequelquechose , fragilisée et inflammée...
argile, H.E de Tea tree ou laurus nobilis pour désinfecter, en pansement de surface.
bcp, de vit C, même synthétique, pas de risque de surdos avec cette vit., hydrosoluble, l’excédent s'en va avec les urines (sauf si tu as un problème d'élimination)
la vit C booste la reconstitution cellulaire.
Entre autres multiples effets bénéfiques...
Tu peux aller sans problème à 5G de vit C pure/jour, et monter à 10/15G, réparties sur la journée, mélangée avec de l'eau miellée, surtout si c'est de la vit. synthétique.
Ton seuil est celui où tu commences à ressentir des effets diarrhéiques...
si tu as de la vit C naturelle, c'est encore mieux bien sur...

je me suis sauvé un pied, salement touché par un début de gangrène sur un doigt et qui remontait loin dans le pied, en Thaïlande comme ça. Opération de curetage en anesthésie locale (moi je voulais qu'il enlève carrément le doigt hyper pourri, mais le toubib m'a assuré que "les tuyaux" et les os étaient bons, que la viande et la peau, ça repoussait, no problem), antibios, naturlich, (me rappelle plus quelle famille), pansements désinfectants, drain, et vit C à ultra haute dose, plusieurs G/jour) ...
10 jours après, j'avais un pied tout neuf, tout rose...(tout lisse aussi, les poils et pores ne se sont pas reconstitués aux emplacements des coupes et le coin le plus pourri :mrgreen: )

ceci dit, tu as l'air d'être tombé sur des toubibs assez bizarres, pas très à l'écoute du patient (probablement pas très patient? ;) )
@

sam
Confirmé
Messages : 486
Enregistré le : 25 sept. 2013, 20:57
Localisation : combe de savoie.

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par sam » 11 nov. 2013, 19:19


Chichinette 11
Modérateur
Messages : 12690
Enregistré le : 01 août 2013, 22:17
Localisation : Aude (Sud Est du Minervois en limite des Corbières) Zone 9a

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Chichinette 11 » 11 nov. 2013, 19:36

'tain ! Je suis viscéralement non violente mais là ! http://img4.hostingpics.net/pics/167948firegif.gif Ces gens sont insupportables face à la douleur et à la panique. On a beau savoir que leur métier les rend désabusés, je ne supporte pas.

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 11 nov. 2013, 19:44

Je me suis rappeléE que quand nous avions des échardes ma grand mère nous mettait le doigt dans un bol d'eau chaude avec du gros sel!

Je l'ai fait ouï aïe! et l'écharde est sortie toute seul, environ 3 millimètres. Le doigt dégonfle et je peux me servir de ma main, la douleur est devenue très supportable. Demain je vais chez le généraliste.

Par contre le moral en a prit un grand coup et je m'en veux de ne pas avoir vu cette putain d'écharde avant d'aller à l'hosto.

Je suis bien décidéE a écrire au directeur de l'hosto avec copie à l'ordre des médecins. Je sais que ça ne sert pas à grand chose mais peut être aura-t-il une belle engueulade et moi ça me fera du bien!

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 11 nov. 2013, 19:46

C'est une bonne chose que l'écharde soit sortie. Ecris si cela te soulage et puis qui sait ? peut-être que cela ne sera pas sans effet.

Mianne
Confirmé
Messages : 2491
Enregistré le : 03 août 2013, 09:42
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Mianne » 11 nov. 2013, 21:56

La prochaine fois que j'entendrai parler d'agression de personnel médical par des patients, je penserai à la façon dont tu as été reçu par ces crétins et j'y réfléchirai à deux fois avant de critiquer les malades violents. Tu n'as pas eu de chance parce qu'il y a, heureusement, des médecins humains et compétents. Mais il y en a d'autres qui n'ont rien à faire dans le métier.

Lollobleue
Confirmé
Messages : 32
Enregistré le : 24 sept. 2013, 23:16
Localisation : 20 km nord-ouest toulousain

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Lollobleue » 11 nov. 2013, 22:20

C'est bien triste ce qui s'est passé....
C'est une bonne chose que l'écharde soit partie, mais était-elle entière? Une infection du doigt n'est pas à prendre à la légère car il peut y avoir infection des gaines des tendons (des doigts) avec risque de ne plus pouvoir plier le doigt définitivement...J'espère que ton généraliste va bien te conseiller...

Malaky
Débutant
Messages : 7
Enregistré le : 26 sept. 2013, 22:34

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Malaky » 11 nov. 2013, 22:29

Rien à voir avec cette sacrée épine de prunellier à l'origine de l'affaire:

Photos du petit pont de pierres réalisé cet été par Crépidule sur la rivière bordant notre bout de prairie humide.
Avant (cet été), après (la semaine dernière, après toutes ces pluies):
Fichiers joints
pont.jpg
(208.07 Kio) Téléchargé 87 fois

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 12 nov. 2013, 07:34

Comment vas tu ce matin ?

Chichinette 11
Modérateur
Messages : 12690
Enregistré le : 01 août 2013, 22:17
Localisation : Aude (Sud Est du Minervois en limite des Corbières) Zone 9a

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Chichinette 11 » 12 nov. 2013, 08:51

Je venais pour poser la même question (et au passage j'ai pu admirer ton pont).

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 12 nov. 2013, 09:39

Patricia a écrit :Comment vas tu ce matin ?
Le doigt n'est plus rouge, juste un peu gonflé, j'ai rdv chez le généraliste ce matin.

Moral dans les chaussettes, plein de cauchemars bien gore et hyper violent cette nuit.

Heureusement je pars pour Berlin jeudi pour 5 jours, j'y verrai des potes Intersexes du monde entier dont certains me sont très cher et là bas, je suis "une star" très attendu, ça fera du bien à mon ego ;) (ils attendent depuis des années que j'y présente mon premier docu: http://www.lordredesmots-lefilm.com/les ... nt-guillot

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 12 nov. 2013, 09:41

Ca à l'air en bonne voie ton doigt. Donne nous de tes nouvelles quand tu auras vu le généraliste.

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 12 nov. 2013, 11:34

Effaré le généraliste! c'est juste une écharde, tout va bien, même pas d'antibio! Il a vérifié que j'ai tout retiré et désinfecté, et ne m'a même pas pris une consultation.

Sur le chemin du retour, à travers champs, jolis paysages automnaux.

En premier plan, une belle haie champêtre qui commence à s'endormir, au second plan un magnifique liquidambar et en arrière plan les montagnes noire qui portent si bien leur nom en cette saison avec au dessus des beaux nuages gris acier et enveloppant le tout une brume mystérieuse montant du canal de Nantes à Brest.

Belle région en vérité, surtout en ce moment où il n'y a ni lisier, ni champs mordorés glyphosphatés de frais.

Les passereaux chantent et glanent des baies, comme moi.

J'ai collecté de l'églantier, du pyracanta, du cotoneaster et des poires sauvages.

RentréE, je les ai mises au congélateur pour les stratifier, je les sèmerai à mon retour de Berlin pour finir ma haie basse séparant le verger du potager.

Depuis des générations les cailloux retirés du potager sont déposés là où le terrain commence à descendre entre le verger et le potager. ce n'est pas un talus, juste des tas de cailloux et par endroit, je ne peux pas repiquer de jeunes plans, c'est là que je sèmerai ces graines!

Une grosse envie d'aller continuer à défricher, mais faut pas déconner non plus, soyons sage pour une fois!

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 12 nov. 2013, 11:40

Voilà qui fait plaisir ! Je suis bien contente pour toi. Mais tu travailles donc sans gants ?

jac11
Confirmé
Messages : 1937
Enregistré le : 15 août 2013, 10:27
Localisation : aude minervois zone 8 3\4

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par jac11 » 12 nov. 2013, 12:10

Sans gants et sans reproches ,

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 12 nov. 2013, 14:56

Mheu si je mets toujours des gants!

Mais le prunelier est fourbe par nature, il transperce les gants les plus épais, se glisse dans les gants et attend pour attaquer sa proie, il transperce les bottes, se fiche dans les pieds, les chevilles et mollets.

C'est un traitre mais je l'aime bien pour sa floraison, ses baies si utiles, comme porte greffe pour les pruniers et ses épines redoutables qui font des haies infranchissable par mes pires ennemis, les chasseurs en battue avec leurs hordes de chiens hurlant!

Et puis il participe à l'imaginaire collectif centre breton avec sa copine l'aubépine: Epine noire, Epine Blanche, notre ying yang à nous, la couleur du drapeau, le gwenn ha du, le blanc et noir, Infern à baradoz, l'enfer et le paradis celte.

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 12 nov. 2013, 17:00

Voici le mail que j'ai envoyé suite à mon passage aux urgences de Carhaix:

Landelo le 12 novembre 2013
Vincent Guillot

M. Philippe EL SAIR Directeur général de l’Hôpital de Carhaix
rue du Docteur Menguy
BP 157 29835 Carhaix-Plouguer cedex

Bonjour Monsieur le Directeur Général de l’Hôpital de Carhaix

Le 11 novembre 2013 dans la matinée, je me suis rendu au service des urgences de l’hôpital de Carhaix.

Je l’ai fais car c’était un jour férié et que le répondeur de mon généraliste me disait d’appeler le 15.

La veille, mon majeur de la main droite avait enflé et me faisait très mal. Je ne pouvais pas le bouger et il était gonflé, chaud et rouge. Malgré la glace que j’y appliquais, il restait très douloureux.

Je ne m’étais ni cogné, ni tordu ce doigt et le lendemain matin, il me faisait encore plus mal et était dur.

Lors de mon passage aux urgences, hormis la personne à l’accueil qui avait un badge indiquant son nom et sa qualité (aide soignant), personne n’a décliné son identité ou sa fonction. Certaines personnes ne m’ont même pas dit bonjour. Par ailleurs, il n’a jamais été fait état de la charte du patient hospitalisé, notamment au sujet de la prise en charge de la douleur et du consentement éclairé du malade (Loi du 04/03/2002).

La première personne soignante qui m’a reçu m’a rassuré et à diagnostiqué une écharde sur une phalange. Elle a prescrit une radiographie de la main et m’a dit qu’elle allait me faire une ordonnance d’antibiotique pour éviter une infection et me prescrire un médicament approprié contre la douleur. Elle m’a prise la température qui était légèrement inférieure à 37°C et m’a fait confirmer que mon vaccin anti tétanique était à jour.

Je lui ai fais part très clairement de mon traumatisme psychologique majeur au sujet de la médecine, et lui ai indiqué mon parcours médical qu’elle a noté dans le dossier informatique.

Je n’avais pas de fièvre et la radio indiquait que le doigt n’était pas cassé et l’écharde n’y était pas visible. Malgré ma douleur intense, j’étais rassuré et j’attendais patiemment le retour de la personne soignante dans la salle d’examen.

Pendant ce temps, j’ai entendu un homme jeune se présenter à l’équipe en disant qu’il était le nouveau, qu’il prenait son service et était orthopédiste. Je l’ai également entendu demander s’il y avait souvent des urgences orthopédiques. La personne qui m’avait prise en charge lui a répondu qu’il y en avait peu mais que là il avait un doigt !

Deux minutes plus tard ces deux personnes sont entrées dans la salle de soin ou je patientais et l’orthopédiste m’a juste dit : « bonjour, je suis orthopédiste ».

Il s’est assis en face de moi et sans prévenir m’a brutalement manipulé la main. Lorsque je lui ai fait remarquer qu’il me faisait mal, il m’a répondu : « Je dois vous faire mal ».

J’ai dit à son confrère : « Cet homme là est un fou furieux » tant j’avais mal et parce que je ne comprenais pas son attitude maltraitante, tant physiquement que psychologiquement.

Puis il m’a dit que c’était grave, que les cartilages étaient touchés et qu’il devait impérativement m’opérer en urgence car je faisais un début d’infection qui allait se transformer en gangrène. Je devrais donc être amputé du doigt ou de la main, ou alors je mourrai de septicémie s’il n’opérait pas immédiatement.

Il m’a ensuite expliqué comment il allait procéder. Soit il m’opérait sous anesthésie locale soit sous anesthésie générale. Il allait ouvrir le doigt sur trois centimètres, retirer l’écharde, nettoyer puis suturer. Je serais hospitalisé jusqu’au lendemain, puis j’aurai deux fois par jour des soins infirmiers durant quinze jours avec une antibiothérapie de la même durée. Ensuite, j’aurai des séances de kinésithérapie.

J’étais donc passé d’une écharde bénigne que l’on devait m’extraire avec une ordonnance pour des antalgiques et des antibiotiques à une opération lourde pour une pathologie grave entrainant une amputation ou la mort si je n’étais pas immédiatement opéré !

Très affecté, traumatisé par l’attitude de l’orthopédiste et par son diagnostique catastrophiste, en complète contradiction avec le diagnostique précédent, j’ai demandé à sortir pour en parler à mon compagnon qui m’attendait dans la salle d’attente et fumer.

L’orthopédiste m’a répondu qu’il m’interdisait de sortir fumer.

Je suis quand même sorti car j’étais vraiment très déstabilisé, véritablement en train de craquer nerveusement. Je me trouvais comme un souris dans la gueule d’un chat, pris au piège et ne pouvant rien faire pour me protéger. De plus je ne comprenais pas le silence de la première personne soignante qui était rassurante et bienveillante à mon arrivé. Cette situation était véritablement traumatisante et Kafkaïenne.

Avec mon compagnon qui est également la personne de confiance que j’ai fais enregistrer à l’accueil, nous avons pris la décision de ne pas me faire opérer en urgence et d’attendre que l’écharde ai été enlevé comme me le proposait le premier intervenant avec la couverture antibiotique et les antalgiques qu’il m’avait de prime abord proposé. Si cela n’évoluait pas, je reviendrai le lendemain pour me faire soigner.

De retour dans la salle de soin où les deux personnes m’attendaient, l’orthopédiste me demanda si j’avais pris ma décision.

Lorsque je lui exposais notre décision celui-ci la considéra inacceptable et réitéra son injonction d’opération sans jamais me proposer de faire intervenir ma personne de confiance comme le prévoit la charte.

Je lui demandai donc de me réexpliquer en détail ce qu’il voulait faire et lui dis que je pouvais reconsidérer ma position si, comme il me l’avait proposé au début, l’opération se faisait sous anesthésie locale.

Il m’a répondu avec agressivité que je n’étais pas là pour négocier et que c’était à prendre ou à laisser qu’il ne m’opérerait que sous anesthésie générale.

Je lui ai répondu que ma décision était donc définitive, que je ne me ferai pas opérer et que je demandais que l’on me retire l’écharde et que l’on me donne une ordonnance pour un anti douleur et des antibiotiques, solution thérapeutique alternative déjà proposée par son confrère.

L’orthopédiste m’a rétorqué que je faisais un refus de soin et qu’il ne ferait rien puisque je refusais les soins qu’il souhaitait faire (ce à quoi je lui rétorquais que c’était lui qui faisait un refus de soins).

Son confrère m’a donc proposé de faire une ordonnance pour des antibiotiques et l’orthopédiste s’y est catégoriquement opposé. Il a demandé à l’autre personne de sortir un formulaire de refus de soin. N’en trouvant pas dans l’ordinateur, le premier à proposé que je signe un formulaire de sortie contre avis médical.

A ce moment là, je me suis levé, j’ai dit que je ne signerai rien et je suis parti.

J’ai craqué nerveusement, complétement désorienté par ce duo aux injonctions contradictoires qui m’a véritablement maltraité et torturé psychologiquement.

De retour à la maison j’ai fais tremper mon doigt dans de l’eau chaude additionnée de gros sel. Au bout d’un quart d’heure, l’écharde est sortie, elle faisait trois millimètres environ en était superficielle.

En fin d’après midi, mon doigt commençait à dégonfler, je pouvais de nouveau me servir de ma main et le lendemain matin il ne me restait qu’un léger gonflement et une petite douleur. Mon doigt avait retrouvé sa couleur habituelle.

Je suis allé le lendemain matin, 12 novembre 2013, chez le docteur X, mon médecin généraliste qui a constaté que l’écharde était bien retirée, qu’il n’y a aucune infection et il a refusé de me prescrire les antibiotiques que je lui réclamais car ils ne sont pas nécessaires.

Je suis traumatisé par cette expérience très violente qui est une maltraitance caractérisé et une violation flagrante de la charte du droit des patients et de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et, notamment à la qualité du système de santé.

Les chapitres deux et trois des principes généraux de la charte du patient hospitalisé ont été entièrement bafoués !

D’une part, l’orthopédiste n’a pas pris en compte ma douleur psychologique que j’avais très clairement exprimé et à catégoriquement refusé de traiter la douleur physique.

L’information qu’il m’a donnée était déloyale, il a catégoriquement refusé que je participe au choix thérapeutique me concernant et à refusé l’alternative thérapeutique proposé par son confrère à laquelle j’adhérais et que j’ai expressément réclamé après avoir signifié mon refus d’être opéré. De plus il n’a pas fait intervenir la personne de confiance afin de m'accompagner dans les démarches et d’assister à l’entretien médical, afin de m'aider dans la prise de décision.

Ci-dessous les extraits de la charte du patient hospitalisé auxquels je me réfère :

« Le médecin répond avec tact et de façon adaptée aux questions qui lui sont posées. L’information porte sur les investigations, traitements ou actions de prévention proposés ainsi que sur leurs alternatives éventuelles. »

« Si l'intéressé le souhaite, la personne de confiance peut aussi l'accompagner dans les démarches et assister aux entretiens médicaux, afin de l'aider dans la prise de décision. »

« 2 Les établissements de santé garantissent la qualité de l’accueil, des traitements et des soins. Ils sont attentifs au soulagement de la douleur et mettent tout en œuvre pour assurer à chacun une vie digne, …»

« 3 L’information donnée au patient doit être accessible et loyale. La personne hospitalisée participe aux choix thérapeutiques qui la concernent. Elle peut se faire assister par une personne de confiance qu’elle choisit librement. »

Compte tenu de ces faits ;

Parce que j’avais expressément exprimé ma vulnérabilité psychologique afférente à mon passé médical ainsi que ma souffrance physique, que j’avais évalué lors du diagnostique à 8 sur l’échelle de la douleur.

Parce que j’avais expressément donné mon accord pour l’alternative thérapeutique proposé par le premier praticien.

Je vous demande Monsieur Philippe EL SAIR d’organiser une entrevue avec l’orthopédiste et la première personne dont je ne connais pas la fonction, afin de parler avec eux de cet évènement traumatisant en présence de deux tiers, l’un de votre choix, l’autre du mien (mon compagnon, Monsieur X, qui est aussi ma personne de confiance).

Cette entrevue est pour moi essentielle, quasi vitale, afin que je puisse comprendre leur attitude et verbaliser ma propre souffrance.

Étant très attaché à notre service public de santé et plus particulièrement à notre hôpital que j’ai défendu et défendrai encore si besoin était, je ne cherche nullement à nuire à votre établissement et à son personnel, y compris à l’orthopédiste qui m’a mal traité et son confrère.

Je suis seulement dans une recherche raisonnable et humaine d’une solution afin de dépasser mon propre traumatisme et le cataclysme psychologique qu’il a engendré.

Dans l’attente de vous lire, je me tiens Monsieur Philippe EL SAIR à votre entière disposition et vous d’agréer mes salutations distinguées.

Copie :
Monsieur François CUILLANDRE ; Président de l’hôpital de Carhaix
Monsieur Bertrand FENOLL ; Président de la CME
M. Jean-Christophe PAUL ; Directeur de l'établissement
Dr Loïc PICAULT ; responsable du service des urgences de l’hôpital de Carhaix
Mme Laurence DE BOUARD ; cadre de santé du service des urgences de l’hôpital de Carhaix
Messieurs SIMON FRANCOIS Président de l’Ordre des médecins du Finistère
CRIQUET ROBERT Vice Président de l’Ordre des médecins du Finistère
JOURDREN PIERRE Secrétaire Général de l’Ordre des médecins du Finistère
BALAVOINE YVON Sec.Général Adjoint de l’Ordre des médecins du Finistère

Patricia
Confirmé
Messages : 2877
Enregistré le : 01 août 2013, 21:30
Localisation : Finistère nord

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par Patricia » 12 nov. 2013, 18:27

J'espère que tu auras une voire plusieurs réponses.

crepidule
Confirmé
Messages : 470
Enregistré le : 05 août 2013, 22:46
Localisation : landelo, Centre Bretagne au pied des monts d'Arrée

Re: Les jardins de Crépidule!

Message par crepidule » 13 nov. 2013, 12:14

Très beau temps ce matin, après des brumes féériques un ciel bleu azur sans vent.

J'ai misE mon canari au soleil, il chante à tue tête!

Mon doigt est redevenu normal, à peine une toute petite gène quand je le bouge :D

Répondre