Sur le front des pesticides

l'actualité, les projets, les envies, bref tout ce dont vous avez envie de parler !
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensible aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Vous admettrez donc que tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non celles des modérateurs ou des administrateurs (excepté des messages postés par eux-mêmes) et par conséquent qu'ils ne peuvent pas être tenus pour responsables des discussions.
Marie_May
Administrateur
Messages : 14463
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Sur le front des pesticides

Message par Marie_May » 09 avr. 2014, 10:13

Elle est où cette collecte? Qui est-ce qui s'y met?

Claire
Confirmé
Messages : 3627
Enregistré le : 02 août 2013, 09:40
Localisation : Sarthe Est limite Perche Zone 8

Re: Sur le front des pesticides

Message par Claire » 09 avr. 2014, 12:27

S'cuses Claude, je me disais aussi.

Voila t-y pas que mon clavier est dyslexique .

Claude
Administrateur
Messages : 24963
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Sur le front des pesticides

Message par Claude » 09 avr. 2014, 16:46

Oh ! la collecte c'était une idée qui m'était passée dans la tête ! ;)

xyla56
Administrateur
Messages : 4213
Enregistré le : 01 août 2013, 19:11
Localisation : ardèche

Re: Sur le front des pesticides

Message par xyla56 » 09 avr. 2014, 17:56

l'IPSN qui avait lancé la pétition de soutien ne parle pas pour l'instant de collecte pour payer l'amende. De toute façon, puisqu'il a fait appel, l'amende est suspendue, non?

Marie_May
Administrateur
Messages : 14463
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Sur le front des pesticides

Message par Marie_May » 09 avr. 2014, 19:37

Tu dois avoir raison, Xyla.

Marc
Modérateur
Messages : 3028
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Sur le front des pesticides

Message par Marc » 09 avr. 2014, 19:56

Commentaire de Générations Futures : http://www.generations-futures.fr/pesti ... damnation/

plumee
Confirmé
Messages : 15422
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Sur le front des pesticides

Message par plumee » 04 oct. 2019, 09:41

En info, sur le site des Coquelicots

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2019, les services de l’Etat ont épandu un insecticide à base de deltaméthrine dans des quartiers des villes de Villeurbanne (148.000 habitants) et Mions (13.000 habitants), toutes deux situées dans le Rhône et proches de Lyon. La raison de cet acte dangereux est la survenue d’un cas de dengue, maladie tropicale transmise par les moustiques. Une personne ayant transité par Mions et habitant Villeurbanne a séjourné dans un pays de forte infestation où il a été piqué. Dans le cadre d’un plan national de lutte contre les arboviroses, la Direction générale de la santé (DGS) est la responsable nationale de l’opération.
Le mouvement des Coquelicots constate:


La suite là https://nousvoulonsdescoquelicots.org/2 ... quel-prix/

J'ai renoncé à regarder la vidéo tellement ça galère. Pas le courage ce matin d'aller plus loin.
C'est un gars qui marche dans la rue et explique que les Coquelicots sont en train de partir faire un bilan immédiat, par une observation sur le terrain, rapport aux insectes, aux oiseaux etc…Ça dure 8mn.

Claude
Administrateur
Messages : 24963
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Sur le front des pesticides

Message par Claude » 22 déc. 2019, 03:29

Décision gouvernementale très timide
sur les zones-tampons autour des habitations. ;)
:twisted: Le point du Monde.
PLANÈTE
POLLUTIONS

Pesticides : le gouvernement opte pour des distances très réduites entre zones d’épandage et habitations

A partir du 1er janvier 2020, les agriculteurs ne pourront plus utiliser de pesticides à moins de trois, cinq ou dix mètres des habitations. Des distances insuffisamment protectrices pour les ONG.


Par Stéphane Mandard Publié le 20 décembre 2019 à 17h51, mis à jour hier à 10h02
Temps de Lecture 4 min.
.
Photo :
Epandage de pesticides dans un champ près de Lille, en 2016. DENIS CHARLET / AFP


Ce sera donc trois mètres, cinq mètres, dix mètres, voire très exceptionnellement vingt mètres. Le gouvernement a fini par trancher. Et, sans surprise, il a campé sur ses positions. A partir du 1er janvier 2020, les agriculteurs devront respecter une distance minimale dite de sécurité entre les zones d’épandage de pesticides et les habitations, a annoncé l’exécutif, vendredi 20 décembre. Elle variera en fonction du type de culture et de la dangerosité des produits utilisés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pesticides : où sont passées les 53 000 contributions de la consultation sur les zones d’épandage ?


Le gouvernement d’Edouard Philippe était sous pression. Le Conseil d’Etat lui avait donné jusqu’au 31 décembre pour publier un nouvel arrêté. Le 26 juin, la plus haute autorité administrative avait annulé le texte précédent, estimant qu’il n’était pas suffisamment protecteur.

Le nouvel arrêté sera publié dans les prochains jours. Le gouvernement met en avant une « distance incompressible » de vingt mètres pour « les produits les plus dangereux ». Par « produits les plus dangereux », il entend ceux dont « la toxicité est quasi avérée pour l’homme », comme les substances classées dans la catégorie cancérogène, mutagène et reprotoxique (CMR) avérée pour l’homme. Cette limite de vingt mètres ne concernera qu’une infime partie des pesticides utilisés en France puisque, selon les estimations du ministère de l’agriculture, seul 0,3 % des produits phytosanitaires consommés chaque année entrent dans cette catégorie. Exit le célèbre glyphosate ou les SDHI (fongicides) aux effets néfastes pourtant scientifiquement documentés.

Des distances « très insuffisantes » pour protéger la santé

Pour les 99,7 % autres pesticides non jugés comme « les plus dangereux », la distance retenue varie en fonction du type de culture : dix mètres pour les cultures hautes (vignes ou arbres fruitiers), cinq mètres pour les cultures dites « basses » comme les céréales et les salades. Le décret, qui sera publié en même temps que l’arrêté, prévoit même la possibilité de réduire cette « zone tampon » dans le cadre de « chartes d’engagement » validées au niveau départemental entre agriculteurs, riverains et élus : cinq mètres pour l’arboriculture et trois mètres pour les vignes et les autres cultures, à la condition d’avoir recours aux « matériels de pulvérisation les plus performants sur le plan environnemental ».

« Avec ce dispositif, la France devient l’un des premiers pays européens à se doter d’un cadre national pour la protection des riverains des cultures agricoles », se félicite la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. La Slovénie et certains Länder allemands font figure de pionniers.

Les ONG prônaient des « zones tampons » d’au moins 150 mètres

Pour les associations de défense de l’environnement, ces distances sont au contraire « très insuffisantes pour protéger la santé des populations ». A l’instar des maires qui ont multiplié les arrêtés antipesticides depuis l’été, les ONG prônaient des « zones tampons » d’au moins 150 mètres. « Les distances soi-disant de sécurité retenues sont inconséquentes, réagit François Veillerette, le directeur de Générations futures, l’association qui avait saisi le Conseil d’Etat pour contester le précédent arrêté régissant l’usage des pesticides. Dix mètres ou rien, cela s’avère identique. Il y a là un mépris flagrant des familles exposées et qui ne peuvent se protéger des dangers des pesticides. » De son côté, la FNSEA, le principal syndicat agricole, se garde de tout triomphalisme : « Ce n’est pas une victoire », déclare son secrétaire général adjoint, Eric Thirouin.

Pour justifier les distances retenues, le gouvernement dit s’en être tenu à « la ligne de la science ». Il s’en remet à un avis rendu par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) du 14 juin. Or, dans cet avis, l’Anses elle-même reconnaît des limites. Celui-ci s’appuie sur un document guide de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de 2014, qui repose sur des données issues d’études effectuées dans les années 1980 et concernant seulement l’exposition de personnes résidant à des distances de trois mètres, cinq mètres et dix mètres, mais pas au-delà.

« Des positions très antagonistes »

Les associations reprochent également au gouvernement de ne pas avoir tenu compte de la consultation publique qu’il avait ouverte en septembre. Organisée sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire, celle-ci avait enregistré une participation record avec plus de 53 000 contributions en moins d’un mois. La Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, Générations futures, Association santé environnement France et Alerte des médecins sur les pesticides avaient écrit au premier ministre, le 11 décembre, pour lui demander de publier « de toute urgence » les résultats de cette consultation. En vain.

Une « synthèse » devait initialement être communiquée fin octobre. Elle sera finalement publiée en même temps que l’arrêté, indique-t-on de source gouvernementale. « Cette consultation a montré que nous étions face à un sujet peu consensuel avec des positions très antagonistes, avec d’un côté des inquiétudes chez les riverains quant à leur santé et de l’autre des craintes quant aux impacts sur le monde agricole, résume-t-on au ministère de la transition écologique et solidaire. Nous avons fixé un cadre pour une bonne cohabitation entre les agriculteurs et les riverains qui passe par un dialogue au niveau local. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les pesticides polluent aussi l’air que respirent les Français


Au ministère de l’agriculture, on assure avoir tenu compte des avis émis lors de la consultation publique : « Nous avons décidé de doubler la distance pour les produits les plus dangereux, par principe de précaution maximale. » Une assertion qui irrite François Veillerette. « Les pressions de la FNSEA allant bon train, il y avait fort à craindre que les textes réglementaires qui seraient proposés ne seraient pas la hauteur et nous n’avons pas été déçus, commente M. Veillerette. Mais nous n’allons pas en rester là. » Générations futures, qui avait obtenu l’annulation de l’arrêté précédent, envisage désormais un nouveau recours devant le Conseil d’Etat.

Un fonds pour une meilleure pulvérisation

Le gouvernement indique que les distances minimales entre zones d’épandage et habitations pourront être réduites à cinq mètres voire trois mètres si les agriculteurs utilisent les matériels de pulvérisation les plus performants sur le plan environnemental. Pour les inciter, il annonce la mise en place, au printemps 2020, d’un appel de fonds doté de 25 millions d’euros. Il sera consacré en priorité aux filières viticoles, arboricoles et maraîchères. Au ministère de l’agriculture, on rappelle qu’une buse antidérive peut coûter jusque 40 000 euros. « Plutôt qu’aider aux investissements sur les pulvérisateurs, le gouvernement devrait donner les moyens aux paysans d’assurer une transition agroécologique des systèmes de production, réagit la Confédération paysanne. La meilleure manière de protéger la santé des paysans et de la population en général est de permettre au monde agricole de s’affranchir des pesticides. »


Stéphane Mandard

plumee
Confirmé
Messages : 15422
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Sur le front des pesticides

Message par plumee » 22 déc. 2019, 07:28

A partir du 1er janvier 2020, les agriculteurs ne pourront plus utiliser de pesticides à moins de trois, cinq ou dix mètres des habitations.
Laissez-moi rire vert.
:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Marc
Modérateur
Messages : 3028
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Sur le front des pesticides

Message par Marc » 22 déc. 2019, 12:45

:mrgreen: comme ça, on crèvera un peu moins vite ? même pas vrai !
Nous savons que la distance importe peu, l'air porte les produits toxiques à des kilomètres !!! voire des centaines de kilomètres. Vos chats sortent prendre l'air, chasser quelques souris, votre chien va pisser sur vos fleurs ? tout ce petit monde rentre à la maison se mettre les papattes au chaud....et vous sert à domicile vos pesticides préférés....Il faut interdire sur une très courte période (1 ou 2 saison) tous les moyens utilisés et que nous ingérons d'une façon ou d'une autre via l'agrochimie.....Je suis trop radical ? non, juste raisonnable. :geek:

plumee
Confirmé
Messages : 15422
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Sur le front des pesticides

Message par plumee » 23 déc. 2019, 18:17

Je plussoie.

Répondre