L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

l'actualité, les projets, les envies, bref tout ce dont vous avez envie de parler !
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensible aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Vous admettrez donc que tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non celles des modérateurs ou des administrateurs (excepté des messages postés par eux-mêmes) et par conséquent qu'ils ne peuvent pas être tenus pour responsables des discussions.
Claude
Administrateur
Messages : 24542
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claude » 03 nov. 2013, 22:40

Dans la Somme, un projet de ferme avec 1000 vaches et un méthaniseur destiné à vendre de l'électricité.
Un projet d'agriculture non durable !

http://www.liberation.fr/economie/2013/ ... hes_943529

antoine11
Confirmé
Messages : 351
Enregistré le : 12 août 2013, 10:12
Localisation : montagne noire Audoise

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par antoine11 » 04 nov. 2013, 11:49

C'est le cas de figure typique d'une grosse machine à pognon, à la fois lessiveuse et pompe à subventions (méthaniseur, achat d'énergie subventionnée), subventions initialement créées dans le but théorique et louable d'aider une agriculture très imparfaite à devenir plus vertueuse au plan écologique, et plus performante en terme énergétique, et de trouver des solutions utiles aux problèmes de traitements d'effluents liquides très polluants (lisiers, boues de stations d'épuration, rejets d'industries agro-alimentaires etc)...

Apparemment, les législations sont respectées, ce qui prouve une fois de plus que celles-ci sont inadaptées au monde réel, trop contraignantes et coercitives pour le petites structures agricoles authentiques (les projets effectifs mis en place par des "vrais" agriculteurs sont suffisamment rares pour à chaque fois donner lieu à reportages dithyrambiques ...), et totalement à la merci d'un groupe financier ayant les moyens quasi illimités de se payer les bons pros et les bons contacts pour une fois de plus détourner l'esprit de ces lois (si tant est qu'elles aient été réellement édictées dans un but positif).

Les riverains luttent pied à pied contre un projet pourri, comme dans ma région ils luttent contre un projet de méga poubelle, obstinément, sans baisser les bras, mais même quand ils gagnent tous les procès comme par chez moi, les projets passent quand même, en dépit du bon sens et des lois...

Pourquoi donc ?

Parce que, à l'instar des États-Unis, tout ce qui entrave la libre loi du marché est considéré comme mauvais, et si là bas, c'est même inscrit dans les lois officielles et pas encore ici, ce principe est de plus en plus LA règle.
Parce que aussi tout simplement la structure même de notre économie, au sens le plus large, incluant même les ressorts psychologiques populaires profonds (soumission à l'autorité, ou son image, admiration de "tout ce qui brille", des symboles de la réussite et du pouvoir etc...) donne l'avantage automatique aux grosses machines financières au détriment des petites, et des citoyens qui ont la malchance de se trouver dans leur passage...

À noter, les méga "fermes" concentrationnaires de milliers de bovins shootés à la chimie lourde sont la règle en Amérique du Nord au point de représenter la quasi totalité de la production de viande et de lait, et les pollutions engendrées sont dantesques (je ne parlerai même pas de la qualité de la production elle même, ni du reste de la chaine de conditionnement/distribution...)
Elles commencent à se développer fortement en Europe, mêmes règles de marché, mêmes effets...

...mais tant qu'il y aura des cons pour être heureux de bouffer de la merde, on leur en fournira de plus en plus...
@

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 04 nov. 2013, 12:39

Il suffirait que les gens comprennent que le seul régime alimentaire qui convient à l'être humain est le végétarisme, et qu'ils l'adoptent pour que tout cela n'ait plus lieu d'être.

Oui oui, je sais qu'il faut pas le dire, que c'est tabou, que c'est le sujet qui fâche, mais c'est quand même comme ça. ;)

Mianne
Confirmé
Messages : 2491
Enregistré le : 03 août 2013, 09:42
Localisation : Loire-Atlantique

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Mianne » 04 nov. 2013, 14:46

Tout en pensant que tu as finalement raison Musc, je n'en suis pas encore là et l'homme encore moins. J'ai fortement réduit ma consommation de viande (au moins des 3/4 en qq années). Et ma viande vient d'élevages bio dont je connais les méthodes. Les enfants en sont venus à faire comme moi et n'achètent plus de viande dans le commerce. Mais c'est pas ça qui va changer le monde.

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 04 nov. 2013, 15:00

ce sont les petits ruisseaux qui...la prise de conscience augmente de façon importante, et arrivé à un certain seuil ça peut changer le monde.
Mais il n'y a pas que la viande, tous les sous produits animaux aussi, dont le lait, fromages, beurre dont on fait une consommation excessive tout à fait préjudiciable à notre santé et à l'environnement.
Que ce soit des produits issus d'élevages bios n'y change hélas rien.
Mais enfin, je veux pas chercher à convaincre, si à un moment il y a comme quelque chose qui interpelle et éveille un peu de réflexion ou de curiosité, il est très facile de chercher les bonnes infos sur le net. C'est à chacun de voir.
On en reparlera dans 2 ou 3 décennies si nous sommes encore de ce monde.
Cela dit, à mon sens, le seul aspect éthique devrait être un argument suffisant pour refuser de consommer des produits animaux.

Nicandra
Confirmé
Messages : 1015
Enregistré le : 08 sept. 2013, 20:02
Localisation : Le Lardin St Lazare Dordogne

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Nicandra » 04 nov. 2013, 18:51

Bonsoir Muscari

Ce n'est pas le "végétarisme" que tu préconises, puisque que tu exclus tous les produits d'origine animale.
Cela se nomme "végétalisme".
Je suis végétarienne et je consomme des œufs, du lait et tous les produits laitiers en grosse quantité.
Je serais incapable de me passer chaque jour de mon litre de lait, de mes 4 ou 5 yaourts et des 2 ou 3 œufs que je consomme, entre autres aliments!

à+

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 04 nov. 2013, 20:15

je sais je sais, on croit toujours qu'il nous est impossible de vivre autrement qu'on l'a toujours fait. Jusqu'au jour où c'est la révélation :D Et on se dit, mais boudiou comment ai-je pu vivre ainsi jusqu'à présent!

j'ai parlé de végétarisme n'ayant justement pas mentionné les œufs. Mais c'est vrai qu'il faudrait les inclure dans la démarche.
J'imagine toutefois que les premiers humains nus dans la savane avant d'avoir su fabriquer des outils pour couper, trancher, donc chasser, devaient être capables quand même de voler quelques oeufs et s'en nourrir. N'ayant ni les armes ( griffes et crocs) ni les capacités physiques naturelles ( rapidité de la course et endurance) des prédateurs carnassiers pour tuer du gibier, ils se nourrissaient de végétaux (racines, herbes, graines, fruits), ce pour quoi leur organisme était le mieux adapté ( et qui l'est toujours). M'étonnerait aussi qu'ils aient pu subtiliser le lait de femelles mammifères. Tout cela évidemment à l'origine.

De toute façon qu'on le veuille ou non il faudra revoir nos copies en profondeur et très très très très très vite. Et sur tous les plans, on le sait bien tous, alors pourquoi attendre d'avoir le couteau sous la gorge pour s'y mettre. Au moins aurons nous déjà le bénéfice de vivre mieux immédiatement. On hésite pas à soigner nos lopins de terre, à la respecter, à tenir compte des êtres vivants qui la peuplent et d'un autre côté on participe (involontairement sans doute, du moins tant qu'on ne le sait pas) à tant de violences et massacres quotidiens sans sourciller?

Changer le monde ça passe par chacun de nous, individuellement aussi. S'émouvoir et se lamenter sur telle ou telle horreur qui se fait sur la planète c'est bien, mais à quoi ça sert si on ne fait rien pour y remédier?

Chichinette 11
Modérateur
Messages : 13331
Enregistré le : 01 août 2013, 22:17
Localisation : Aude (Sud Est du Minervois en limite des Corbières) Zone 9a

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Chichinette 11 » 04 nov. 2013, 22:46

Petite je subissais sans broncher mais à plus de 60 balais, je déteste qu'on me fasse la morale.
J'imagine toutefois que les premiers humains nus dans la savane avant d'avoir su fabriquer des outils pour couper, trancher, donc chasser, devaient être capables quand même de voler quelques oeufs et s'en nourrir. N'ayant ni les armes ( griffes et crocs) ni les capacités physiques naturelles ( rapidité de la course et endurance) des prédateurs carnassiers pour tuer du gibier, ils se nourrissaient de végétaux (racines, herbes, graines, fruits), ce pour quoi leur organisme était le mieux adapté ( et qui l'est toujours).
"Le Paléolithique est caractérisé avant tout par une économie de prédation : les humains sont des chasseurs-cueilleurs tirant parti des ressources disponibles dans la nature."

L'utilisation de lances et d'épieux en bois travaillés pour la chasse est attestée au Paléolithique inférieur (avant 300.000 avant JC) et au Paléolithique moyen (entre - 300 000 ans et - 30 000 ans). À Lehringen (Basse-Saxe) a été mis au jour un fragment d'épieu en if fiché dans le thorax d'un éléphant (env. 125 000ans). Dans le même site, ont été découverts des éclats Levallois ayant servi à découper de la peau et de la viande. À Schöningen, des épieux en bois datant d'environ 400 000 ans ont été découverts dans une mine de charbon.

Même si on ne se réfère qu'au paléolithique supérieur qui remonte à entre 30.000 et 12.000 avant JC, les humains ont eu largement le temps d'avoir un organisme adapté à la consommation de viande.
S'émouvoir et se lamenter sur telle ou telle horreur qui se fait sur la planète
C'est généralement toi qui mets des liens sur des articles et/ou pétitions sur ces sujets et franchement, je ne les lis même pas. Je ne goûte pas ce genre de descriptions ce qui ne m'empêche pas de savoir ce qui se passe.
Mais il n'y a pas que la viande, tous les sous produits animaux aussi, dont le lait, fromages, beurre dont on fait une consommation excessive tout à fait préjudiciable à notre santé et à l'environnement.
Que ce soit des produits issus d'élevages bios n'y change hélas rien.
Hé bien j'irai en enfer :mrgreen: Je ne suis pas herbivore et même si avec l'âge je me contente de beaucoup moins de viande qu'étant jeune, en ce qui concerne les oeufs et les produits laitiers, mon appétence n'a absolument pas diminué et ce n'est pas maintenant que je vais me préoccuper de vivre plus longtemps, ça ne m'intéresse pas. Je fais le choix de me faire plaisir plutôt que de durer http://img4.hostingpics.net/pics/173879nagif.gif

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 05 nov. 2013, 00:02

je ne vois pas où il y a de la morale... C'est de l'info simplement. :)

d'abord déjà tu n'as pas lu attentivement ce que j'ai écrit:
J'imagine toutefois que les premiers humains nus dans la savane avant d'avoir su fabriquer des outils pour couper, trancher,
,
tu es partie tête baissée dans ton idée.



les arguments que tu avances je les connais, et ils sont dépassés, ce sont les arguments qui sont distillés pour bien formater les consommateurs dans le sens qui permets de les emmener là où on le souhaite, cad là où ça fait beaucoup beaucoup de profit. Mais comme de toute façon tu veux pas en savoir plus et que tu n'iras pas lire quoique ce soit qui puisse t'éclairer et te faire réfléchir je ne vais pas t'infliger encore des liens pénibles . Et tu resteras dans ton ignorance béate. Celui qui a envie de savoir saura bien trouver. Il suffit de demander Mr G*g*l
Je ne vois pas pourquoi je devrais m'abstenir de parler ces choses là qui me semblent aussi importantes et cruciales pour l'avenir de l'humanité que de la dégradation des sols par exemple. D'autant plus que les deux sont étroitement liés. Faut y réfléchir, si si et j'insiste même lourdement :lol:
Que tu dises que tu préfères te faire plaisir plutôt que de durer, c'est ton choix qui n'engage que ton avenir, mais tu dois aussi accepter que tu engages de ce fait l'avenir de tes (petits) enfants, mais si, mais si, c'est dur à lire et à avaler, je sais, je sais, je sais, et je ne ferai pas de mea culpa pour avoir osé le dire.
S'enerver n'a pas de sens, il faut RE- FLE- CHIR, Chichinette. ;)

et puis au fait, c'est pas moi qui ait initié ce topic. :mrgreen:

Claude
Administrateur
Messages : 24542
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claude » 05 nov. 2013, 10:59

Ne vous énerver pas mesdames ! Chacun a le droit de s'exprimer ici à condition d'être respectueux de la personne des autres. On peut s'affronter idée contre idée mais pas de façon personnelle. Que chacun/chacune présente ses idées, et oppose des idées aux idées d'autrui. Des arguments contre d'autres arguments.

Sur le fond de votre débat, j'aurais envie de dire que je comprends vos deux points de vue.
Chichinette me semble avoir raison sur plusieurs points. L'idée de revendiquer que son choix n'est pas de durer mais de vivre agréablement est un point fort. J'avoue avoir de la tendresse pour ce point de vue. Mais si on peut comprendre la fatigue d'un individu face à un monde complexe, je ne peux donner a raison à son refus d'ouverture au monde. Rafraîchir ses informations sur le monde comme il va et écouter de nouveaux points de vue, est une chose indispensable. Se retirer du monde, l'ignorer, c'est déjà … fermer les yeux !?

Toujours à mon avis, le point de vue soutenu par Muscari sur les méfaits de l'alimentation carnée me semble judicieux mais son argumentation est trop carrée. On frise un peu le dogme. Or le dogme est une autre façon de fermer les yeux au monde tel qu'il est.

Quand on va chercher dans le passé, les éléments d'une identité actuelle, et d'une justification pour le présent,
  on a à la fois raison et tort. Terrible contradiction. Notre passé éclaire notre présent et aussi notre futur. Mais notre présent sera le passé de notre avenir. Et notre avenir ne sera heureusement pas notre passé.

Alors quel est ce passé initial qui sert de Référence avec un R majuscule et qu'on utilise souvent pour fonder de grandes vérités et bâtir de grandes écoles (de pensées) ou d'églises ) ? Où est-il ? Je crains qu'il ne soit tellement hors de notre portée et qu'on ne puisse qu'aligner des mots aux mots et enfiler des généralités … Il ne se présente jamais en personne. Il faut l'imaginer, il faut se le représenter. Pas de présence réelle pour le passé !

Donc ce Passé n'est jamais présent devant le tribunal de nos discussions et disputes. Il ne s'agit pas vraiment de lui, mais des représentations que nous nous en faisons. Le Passé dépend de notre Regard, un regard chargé d'une foule de considérations actuelles, des contingences du présent.

Je sens que vous voulez un exemple. Voilà, vous avez constaté qu'en ce moment, on parle beaucoup d'entomophagie. À Nice, un restaurateur a mis des insectes à son menu. Des émissions de télés en parlent. On découvre que la consommation d'insectes est une actualité ancienne pour pas mal de peuples lointains. Et l'idée s'insinue qu'au fond, il aurait été bien naturel que nos lointains parents, les Homos Érectus and so on se nourrissent aussi des insectes qui leur tombaient sous la main. Je me dis que si un jour je tombe dans un fossé et que j'y séjourne longtemps, je franchirai le pas aisément et que je me nourrirai des bestioles que j'y trouverai … Voilà comment une idée se répand dans notre société, qu'elle prend corps, et qu'elle constitue une "preuve" de l'alimentation entomophagique. On a longtemps cru que les chasseurs du temps passé dévoraient des bêtes énormes. Leurs quartiers de bœufs c'étaient de la chair de mammouth, d'antilope …… en oubliant qu'il est bien plus facile et moins périlleux de se saisir de criquets, de vers de terre, de cloportes, de larves d'insectes divers. On en trouve tous les jours alors que les gros quadrupèdes ont pris leurs jambes à leur cou. Je me demande si nos préhistoriens ne trahissent pas leur état d'homme moderne en ayant porté autant la loupe sur la chasse des très gros morceaux de viande. Le mammouth ça devait être comme "la poule au pot" annoncée par le bon roi Henri. Un plat rare, celui du dimanche ou celui des jours de fiesta.

Bon, j'ai à faire, j'attends une livraison de compost cet aprèsme" . Deux tonnes. Faut que je libère de la place.

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 05 nov. 2013, 12:13

bonne analyse, mais je ne me sens pas du tout dogmatique, bien au contraire. Et pis je ne m'énerve pas du tout non plus.
Ce qui est certain c'est qu'on souhaite tous un autre monde, et je pense très fort que cet autre monde est possible et que nous sommes en train de le créer. Il faut le temps que les idées fassent leur chemin, et pour cela, il faut déjà leur donner vie. Donc "on" en parle.

Mianne
Confirmé
Messages : 2491
Enregistré le : 03 août 2013, 09:42
Localisation : Loire-Atlantique

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Mianne » 05 nov. 2013, 13:47

'on souhaite tous un autre monde
A part quelques uns du genre profiteurs, exploiteurs, rapaces et autres grigous, je crois qu'on désire tous autre chose que cette société pourrie qui nous entoure. En résumé, on va tous au même endroit mais en prenant des chemins différents. A chacun son expérience. J'ai commencé aussi à essayer de convaincre mon entourage d'agir autrement. Pppfff ! J'ai vite réalisé que je perdais mon temps (et ma jeunesse :D ). Je dis ce que je pense qd on me le demande (et même quand on me le demande pas :mrgreen: ) mais après... je joue à Ponce-Pilate, je m'en lave les mains. Aujourd'hui, contrairement à un passé pas si lointain, chacun peut trouver les renseignements qu'il recherche. La grande majorité des gens pleurnichent sur la situation actuelle mais ne font aucun effort pour comprendre ce qui ne va pas et surtout, refuse absolument de changer leurs habitudes. Alors, qu'ils se dém...brouillent :twisted:

Je trouve enrichissant la discussion sur un sujet avec des points de vue différents mais chacun doit rester libre d'agir à sa façon. Et on a parfois bien du mérite à rester zen devant les réaction imbéciles de certains. Ex : réflexion d'un crét..copain, l'an dernier, lorsque j'ai fait une mahousse crise de diverticulite " ben tu vois, malgré que tu manges bio et naturel, ça t'empêche pas d'être malade" Ni lui d'être stupide http://smileys.sur-la-toile.com/reposit ... tapai1.gif J'ai aussi des cors aux pieds et non, mes légumes bios ne m'en ont pas débarrassé.

antoine11
Confirmé
Messages : 351
Enregistré le : 12 août 2013, 10:12
Localisation : montagne noire Audoise

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par antoine11 » 05 nov. 2013, 15:53

savoir précisément ce que l'homme a mangé dans ces temps anciens tient de l'enquête policière, tout est bon, stries sur l'émail dentaire, analyses coprologiques (des cacas fossiles trouvés dans des grottes), analyses des os, phanères quand on en a, étude super fine des déchets fossiles...chaque nouvelle technique ou source d'information génère de nouvelles hypothèses...
D'autant qu'il n y a aucune raison que l'homme de l'époque n'aie pas une alimentation aussi diverse que les populations contemporaines, logiquement et pragmatiquement adaptée aux ressources locales.

Si on regarde le menu des deniers grands primates sauvages, nos plus proches cousins, on peut avoir aussi une idée de l'alimentation possible de nos ancêtres, qui devaient donc avoir une base végétarienne, plutôt variée (herbes, feuilles, racines, fruits, graines, écorces, bulbes etc...)
Les champignons n'ont pas l'air d'être consommés, mais cela est encore en débat...
Devait y figurer, entre autre, pas mal d'insectes. Voire aussi des oeufs, petites bestioles, et on peut légitimement penser que les groupes qui vivaient en bord de mer ou eaux douces pouvaient aussi profiter des produits qui en sont issus.
Mais aussi la viande, les grands singes peuvent être opportunément charognards, mais aussi manger le produit d'une chasse active, qui peuvent être d'assez gros mammifères dont des petits singes.
des cas de cannibalismes sont avérés aussi...
Au sein d'une espèce, certains groupes ont développé une culture alimentaire distincte, en fonction de la ressource locale, ou de choix délibérés de meneurs.
Chez eux, en général, les actes de chasse sont plutôt de l'initiative des mâles, et de la chasse individuelle (à but souvent d’offrande séductrice à des femelles convoitées) certains groupes prennent plus gout au régime carné que d'autres, et passent aussi au développement de stratégies et techniques de chasse collective.
Mais des femelles peuvent être aussi à l'origine d'actes de chasse...

Se référer à nos ancêtres pour définir une alimentation originelle et idéale semble donc assez illusoires, il faudrait déjà définir la strate d'ancestralité référente...
avant ou après la maitrise du feu (dont la date elle même fait gros débat!)?
avant ou après les domestications animales, l'agriculture?

En fait, il semble que nos potentiels soient très vastes, divers, et qu'ils ne cessent d'évoluer, et que autant que nos capacités génétiques globales ou individuelles, celles de nos flores intestinales sont aussi importantes et prépondérantes...
@

Claude
Administrateur
Messages : 24542
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claude » 05 nov. 2013, 16:06

En gros, une grande qualité de l'être humain c'est d'être opportuniste, de sauter sur tout ce qui bouge,
de manger —c'est le cas de le dire— à tous les râteliers,
…… et donc de savoir s'adapter !

Dutronc avait-il tort ou raison de chanter L'opportuniste ?
Sur ce point,
j'hésite,
je suis prêt à retourner ma veste ,
et surtout du bon côté …… :lol:




Pendant ce temps,
l'agriculture non durable bouge encore,
des employés de l''élevage de poulets bas de gamme pour l'export manifestent emmenés par ( ou en compagnie de ) leur patron ! ! !
tous protestant contre le fléchissement des aides européennes données à leur secteur !
Ce monde est compliqué !

Zinette
Confirmé
Messages : 1353
Enregistré le : 01 août 2013, 21:11
Localisation : Moselle Sud Est

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Zinette » 05 nov. 2013, 16:32

Belle analyse mon cher Antoine! http://smileys.sur-la-toile.com/reposit ... t/0016.gif
J'ajouterais que nous sommes équipées de fort jolies canines ! Et si je mange très peu de viande , je ne me verrais pas m'en passer complètement ! De même pour le poisson .....ah et puis j'adore tout ce qui est produits laitiers ! En bref je mange de tout car rappelez moi , nous sommes omnivores, non ?

antoine11
Confirmé
Messages : 351
Enregistré le : 12 août 2013, 10:12
Localisation : montagne noire Audoise

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par antoine11 » 05 nov. 2013, 18:24

Oui Claude, nous sommes une espèce opportuniste et ubiquiste, un peu comme les rats ou les cochons, éminemment souples, adaptables...et proliférants.
Si nous n'y mettons pas un peu de raison, nous allons devoir finir par devenir...hommenivores, quand on aura bouffé tout le reste...

Je ne mange en général pas bcp de viande, plus le gout des produits de la mer...mais je suis contre l'élevage industriel, ou la pisciculture idem, et si je pense perso que l'option tout végétarien est difficile et non dénuée d'inconvénients, je lui trouve de nombreux mérites, dont la remise en perspective des réels besoins alimentaires n'est pas le moindre...

Sinon, je l'ai déjà expliqué, la production de protéines animales n'est pas un problème en soi, quand elle est diffuse et intégrée à une agriculture diversifiée (appelée polyculture/élevage), ni en terme de pollution (les sous produits ne sont pas des déchets, mais des ressources, alimentaires, amendements, produits techniques, énergie...).
Un élevage écologiquement vertueux (mieux que neutre) est celui dont l'essentiel de l'alimentation nécessaire est constituée de sous produits agricoles sous valorisés ou inutilisables pour une autre fonction, et aussi (voire surtout) l'exploitation d'espaces pas ou peu valorisables en culture (ce qui solutionne par un coup de baguette magique les soucis de gestion des friches et espaces dits naturels en général, forêts inflammables etc...).

en toute logique, c'est ce modèle, économe en énergie, vertueux question pollutions, générateur d'emplois directs et de retombées indirectes difficiles à chiffrer, mais énormes (prévention contre les incendies, entretien des paysages, maintien de zones de hautes valeurs écologiques, économies faramineuses en importations de protéines OGM souvent, etc etc, qui devrait s'imposer naturellement, et être subventionné et aidé, mais , comme c'est curieux, c'est exactement l'inverse qui se passe...
@

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 05 nov. 2013, 20:44

Nous nous disons omnivores, mais nous sommes en réalités construits comme des herbivores.
En comparant les caractéristiques physiques et métaboliques des carnivores, des omnivores et des herbivores, nous avons toutes les caractéristiques des herbivores et pas du tout celle des omnivores et encore moins des carnivores. ( demandez des précisions à Mr G*g*l)

Imaginons nous revenus très loin en arrière,seul, sans aucun outil, quasi nu, comment ferions nous pour attraper un gibier même petit ? Admettons qu'on l'ai attrapé, ça a demandé beaucoup d'énergie ( oui déjà) que la ration ne suffira peut-être pas à compenser. Et la, comment la manger? La dépecer avec quelles griffes? déchirer et mastiquer la chair ( crue) avec des dents plates faites pour broyer. Vous avez déjà observé les carnivores qui mangent une proie? on mange comme ça nous les humains?
Nous mangeons en écrasant les aliments avec des mouvements de mâchoire d'un côté et de l'autre, voire d'avant en arrière, comme des ruminants, des herbivores. Ni les carnivores ni les omnivores ne sont équipés pour faire ça. L'ours est omnivore par exemple, et il a des caractéristique physiques évidentes du carnivore , sa dentition et ses griffes.
Le système digestif est différent aussi. Nous ne sommes bien sûr pas des ruminants, mais tous les herbivores ne sont pas des ruminants non plus. Nous avons un intestin beaucoup plus long que les carnivores ce qui entraîne des fermentations et la formation de déchets toxiques lorsque les aliments carnés s'y trouvent trop longtemps.
Les anthropologues estiment que la nourriture carnée de nos lointains ancêtres ne leur était pas suffisante pour couvrir leurs besoins énergétiques, que la base était les glucides et les lipides qu'ils trouvaient dans les graines et les fruits essentiellement. Les céréales et les légumineuses étaient déjà des sources de protéines de qualité. elles le sont toujours d'ailleurs.

On peut manger des aliments carnés selon ses goûts, cela ne signifie en aucun cas que ce soit indispensable pour bien se porter et ce n'est pas parce que l'homme en a "toujours" mangé qu'il ne fait pas une erreur. Les études récentes montrent bien que le régime végétarien est tout à fait équilibré s'il est bien mené, que les végétariens ne sont pas carencés, alors qu'un régime carné peu varié entraîne des carences et beaucoup de problèmes de santé. Par ailleurs nous consommons tous globalement trop de protéines.

Enfin, sorti de toutes ces considérations, j'en reviens à l'éthique, comment justifier tant de violence et de souffrances infligés à des êtres vivants sensibles, capables d'émotions, capables de communiquer, d'inter agir entre eux et avec les humains. De quel droit les exploitons-nous de façon aussi cruelle et inhumaine alors que ce n'est absolument pas une nécessite à notre survie? Ce seul argument doit être suffisant pour refuser ces pratiques, où donc s'est égarée notre diginté humaine?

je vous invite à prendre le temps de lire cette page:( pas de panique, rien d'horrible à lire)

http://www.huffingtonpost.fr/karine-lou ... 84432.html

Claire
Confirmé
Messages : 3627
Enregistré le : 02 août 2013, 09:40
Localisation : Sarthe Est limite Perche Zone 8

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claire » 06 nov. 2013, 08:55

Pour mettre de l'huile sur le feu et suite à un sujet de plumee, je me suis penchée sur le mot sarcopénie (rien a voir avec qui vous savez). D'ailleurs, si on décortique le mot, on y trouve sarco, copé et pen ! L'est traître ce mot ! C'est pas le sujet :mrgreen: .

Vous pouvez approfondir en allant sur les sites qui parlent de sarcopénie, ça n'incite pas à être végétarien.

Dès l’âge de 50 ans, la quantité mais aussi la force des muscles squelettiques commencent à diminuer. Cette sarcopénie se caractérise par une réduction de la masse et de la vigueur des muscles conduisant à un abandon progressif des activités de la vie quotidienne et à un risque encore mal évalué pour la santé de l’individu. Des modifications de l’équilibre entre les processus de synthèse et de dégradation des protéines constituant le muscle sont susceptibles d’expliquer ce phénomène : chez la personne âgée, une baisse d’activation de la synthèse des protéines musculaires par les nutriments aboutit à terme à une perte nette de protéines.

Je mange peu de viande et suis d'accord avec tous vos arguments, mais si mon organisme demande des protéines animales, j'en mangerais. Ce qui me gêne, c'est que la viande, comme tout le reste, n'est pas de première qualité (antibio, hormones, pesticides...).

Je sais que je continuerais à en manger, raisonnablement, car je suis mieux physiquement en ayant un certain apport de ces protéines.

Nicandra
Confirmé
Messages : 1015
Enregistré le : 08 sept. 2013, 20:02
Localisation : Le Lardin St Lazare Dordogne

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Nicandra » 06 nov. 2013, 09:10

Bonjour Claire

Pour les protéines animales, mange des œufs!
2 œufs, c'est l’équivalent d'un steak.
Et tu peux même avoir tes propres poules.
Comme ça tu sais que ce sont des œufs de poules bien traitées et nourries sainement!

à+

Chichinette 11
Modérateur
Messages : 13331
Enregistré le : 01 août 2013, 22:17
Localisation : Aude (Sud Est du Minervois en limite des Corbières) Zone 9a

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Chichinette 11 » 06 nov. 2013, 09:15

Même si je devenais veuve et n'avais plus à faire des repas pour mon ogre carnivore qui exige sa ration de protéines animales à table, même disais-je si je voulais devenir végétakekchose, je serais drôlement mal pour remplir mon assiette.

Que je sache, il faut (en plus des légumes frais et secs), trouver des céréales à cuisiner.

J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé le moindre magasin bio à Lézignan (plus de 10.000 habitants) ou alors, il est bien caché. Il y en a à Narbonne mais c'est à 20 bornes.
Où trouver de l'épeautre, du blé, enfin toutes ces céréales qui se cuisinent ? Déjà, rien que la farine de pois chiches je n'arrive pas à en trouver, ça fait 2 mois que je regarde partout où je vais.

Du temps de là bas, je ne sais combien de fois j'ai pu dire à Lechat qu'elle ne connaissait pas sa chance d'avoir un grand marché ET un magasin bio dans un bled de seulement 1500 habitants. Comment fait-on pour manger végétamachinchose lorsqu'on ne trouve pas la matière première ? On commande sur internet ? C'est vrai que maintenant, si on n'a pas internet il y a plein de choses auxquelles on n'a pas accès http://jardinesque.voila.net/Semi-laids/ic28.gif

jac11
Confirmé
Messages : 1937
Enregistré le : 15 août 2013, 10:27
Localisation : aude minervois zone 8 3\4

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par jac11 » 06 nov. 2013, 09:44

a coté de l' .....nter une toute petite boutique

Claude
Administrateur
Messages : 24542
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claude » 06 nov. 2013, 12:04

Nicandra a écrit :Bonjour Claire

Pour les protéines animales, mange des œufs!
2 œufs, c'est l’équivalent d'un steak.
Et tu peux même avoir tes propres poules.
Comme ça tu sais que ce sont des œufs de poules bien traitées et nourries sainement!

à+

Merci. C'est avec ce genre de contribution que je risque de pouvoir convaincre madame C. de supporter l'idée d'un poulailler !

Claire
Confirmé
Messages : 3627
Enregistré le : 02 août 2013, 09:40
Localisation : Sarthe Est limite Perche Zone 8

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Claire » 06 nov. 2013, 12:37

Nicandra,

J'ai un taux de cholestérol élevé, bien que faisant attention à ma nourriture et je refuse un traitement quelconque. Je limite quand même les œufs.

Autre chose, poulailler interdit par la mairie, dans mon quartier.
Modifié en dernier par Claire le 06 nov. 2013, 12:39, modifié 1 fois.

muscari
Confirmé
Messages : 1749
Enregistré le : 02 août 2013, 08:32

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par muscari » 06 nov. 2013, 12:38

c'est vrai pour certaines choses c'est très difficile selon la région ou on vit de trouver les ingrédients nécéssaires, pour l'instant, les choses évoluent rapidement et on trouvera de plus en plus les produits un peu partout.
Je me souviens d'une discussion avec Lechat où elle me soutenait mordicus qu'il fallait absoluemnt arrêter de fréquenter les grandes surfaces et ne faire ses achats qu'en biocoop. A l'époque j'avais pas de biocoop dans ma région, fallait faire 45 bornes, et ça me semblait bien trop. Alors j'étais contente de trouver quelques produits bios au super racket. Aujourd'hui je ne vais quasiment plus faire mes emplettes qu'à la biocoop qui s'est ouverte, mais c'est surtout depuis que j'ai adopté le régime végétarien.
Pour moi et je souligne n'est-ce-pas, ce fut une révélation, depuis je me porte tellement mieux à tout point de vue. Et cuisiner est beaucoup plus amusant, plus facile, plus ludique, je découvre tellement de choses nouvelles, ce n'est plus ennuyeux.Et je fais même mon pain maintenant, mon monsieur s'y est mis aussi.
Je me suis offert >>>ce bouquin, il est très bien fait, très complet, pour celles qui souhaiteraient varier leur alimentation, même sans suprimer complètement la viande je le conseille vivement.
Sinon il y a une littérature culinaire extrèmement riche dans ce domaine, aux éditions Laplage

Claire la sarcopénie n'est pas corrigée par l'absorption de protéines animales, au boulot nous devons pratiquement supplémenter en protéines toutes les personnes âgées car elles sont quasiment toutes dénutries alors qu'elles mangent de la viande tous les jours, donc le problème ne vient pas de là. C'est un problème d'assimilation. la dénutrition en terme médical signifie que le taux d'albuminémie est trop bas, l'albumine étant la principale protéine de l'orgnisme.
De grands sportifs sont végétariens, les protéines animales n'y sont pour rien dans la formation du muscle. Il faut bien comprendre que c'est un mythe entretenu pour faire consommer de la viande coûte que coûte. Et on en revient.

Mais il ne suffit pas de juste supprimer la viande, il faut repenser toute son alimentation, au début on est effectivement un peu "paumés" mais ça vient vite. En plus ça permet d'encourager le maintient de la diversité des végétaux à cultiver.

Nicandra
Confirmé
Messages : 1015
Enregistré le : 08 sept. 2013, 20:02
Localisation : Le Lardin St Lazare Dordogne

Re: L'agriculture non durable nous donne de ses nouvelles

Message par Nicandra » 06 nov. 2013, 13:12

Bonjour muscari

Je répète pour la xième fois que les végétariens consomment des produits animaux!
Ils ne consomment pas l'animal, mais ce qu'il produit oui:
- le lait et tous ses dérivés ---> yaourts, fromages, beurre
- les oeufs d'oiseaux ---> poules, canards, cailles ...
- le miel.
Il y a 2 variantes:
- Ceux qui consomment les produits laitiers et pas les œufs.
- Ceux qui consomment les œufs et pas les produits laitiers.
Qu'exclure les produits d'origine animale améliore ta santé, pourquoi pas!
Mais personnellement, je digère sans aucune difficulté tout ce que je mange (et crois-moi, il vaut mieux m'avoir en photo qu'à table!), du moins tout ce que j'aime manger!
Fais-moi manger quelque chose qui ne me donne aucun plaisir gustatif et je t'assure que cela ne passera pas!
Peut-être, parce que je n'aime que ce que mon corps assimile sans difficulté!

à+
Modifié en dernier par Nicandra le 06 nov. 2013, 13:20, modifié 1 fois.

Répondre