Au cinéma, hier soir

l'actualité, les projets, les envies, bref tout ce dont vous avez envie de parler !
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensible aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Vous admettrez donc que tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non celles des modérateurs ou des administrateurs (excepté des messages postés par eux-mêmes) et par conséquent qu'ils ne peuvent pas être tenus pour responsables des discussions.
Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 24 oct. 2022, 15:00

voilà un thème qui passe vraiment au-dessus de ce qu'à évoqué le film De son vivant.
Plan 75, film récent, si tu as regardé la bande annonce Claude, n'a pas grand chose à voir avec Soleil vert...Mais la bande-annonce ne montre pas grand chose.
la culture japonaise sur la notion de vie et de mort est très différente de l'occident. Sans doute qu'en Asie, la mort n'est pas du tout regardée de la même façon.

Merci Muscardine de partager ton opinion et ton expérience sur ce bénévolat. Soins palliatifs, gériatrie, ne sont pas répandus en France, tout au moins au-delà des EHPAD, mais bon, c'est l'idée que j'en ai.
Je sais que c'est une préoccupation récente. Donc, comment le personnel, même bénévole, est-il formé actuellement ? ton expérience, ce qui t'attire vers ce type de relation à la fin de vie est-elle ton seule "support" ou a t)il fallu être formé pour pratiquer ?

Ce que je remarque, toujours dans le film de Bercot, c'est l'intense relation qui se tisse entre les membres du personnel qui "crachent" leur souffrance de certaines expériences "dures" et jouent avec les malades une partition qui les emmènent parfois très loin....

Muscardine
Confirmé
Messages : 2233
Enregistré le : 02 sept. 2013, 15:09
Localisation : Ariège

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Muscardine » 25 oct. 2022, 10:00

Les équipes de soins palliatifs interviennent dans les hôpitaux, les Ehpad et les équipes mobiles interviennent aussi à domicile.
Malheureusement ils ne sont pas suffisamment développés et aussi ... font peur.
Les équipes sont formées bien sûr, alors que le personnel soignant "courant" ne l'est pas, juste quelques heures dans toute leur formation.

Les bénévoles aussi sont formés, c'est nécessaire, chez nous cela se passe un jour par mois sur 9 mois.
Ensuite quand on accompagne on nous propose des formations continues 1 à 2 fois par an. C'est très riche en enseignements et partages.
Nous avons aussi des groupes de paroles une fois par mois.
J'interviens en Ehpad, pas que pour la fin de vie mais aussi pour les personnes seules ou "en crise". J'admire le travail des soignants, ils sont à effectif plus que réduit et eux, même s'ils en ont envie, n'ont pas le temps d'être à l'écoute résidents comme les bénévoles.

Je suis en train de lire un livre de Christophe Fauré "Accompagner un proche en fin de vie" (Poche, 7.20 €), très accessible et qui répond à beaucoup de questions que l'on se pose tous. Il explique les soins palliatifs, l'euthanasie, le médical et l'accompagnement.

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 25 oct. 2022, 14:30

Ai revu Le Salaire de la Peur sur Arte.
Je suis resté scotché en découvrant des détails absents de ma mémoire. Peut-être avais-je regardé, il y a des dizaines d’années, une version plus courte !?
Puis j’ai apprécié le docu qui suivit consacré à Ivo Livi.

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 25 oct. 2022, 19:07

Muscardine a écrit :
25 oct. 2022, 10:00
Les équipes de soins palliatifs interviennent dans les hôpitaux, les Ehpad et les équipes mobiles interviennent aussi à domicile.
Malheureusement ils ne sont pas suffisamment développés et aussi ... font peur.
Les équipes sont formées bien sûr, alors que le personnel soignant "courant" ne l'est pas, juste quelques heures dans toute leur formation.

Les bénévoles aussi sont formés, c'est nécessaire, chez nous cela se passe un jour par mois sur 9 mois.
Ensuite quand on accompagne on nous propose des formations continues 1 à 2 fois par an. C'est très riche en enseignements et partages.
Nous avons aussi des groupes de paroles une fois par mois.
J'interviens en Ehpad, pas que pour la fin de vie mais aussi pour les personnes seules ou "en crise". J'admire le travail des soignants, ils sont à effectif plus que réduit et eux, même s'ils en ont envie, n'ont pas le temps d'être à l'écoute résidents comme les bénévoles.

Je suis en train de lire un livre de Christophe Fauré "Accompagner un proche en fin de vie" (Poche, 7.20 €), très accessible et qui répond à beaucoup de questions que l'on se pose tous. Il explique les soins palliatifs, l'euthanasie, le médical et l'accompagnement.
merci beaucoup Muscardine de tes explications, je trouve formidable la démarche d'aide. Je savais déjà, pour en avoir parlé avec mon propre médecin et aussi un acupuncteur et des infirmiers, que la formation du personnel soignant est quasi nulle, en précisant qu'au-delà, la fin de vie demande un véritable professionnalisme et malheureusement, il y a des médecins qui sont réticents. À ça il faut ajouter un manque généralisé dans les hôpitaux. Nous avons un immense retard en France.

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 01 avr. 2023, 14:10

Hier soir, des copains voisins m'avaient invitée à se joindre à eux pour aller voir ce film d'Ozon qui s'appelle Mon Crime. Au départ, le titre ne m'avait pas particulièrement parlé. Je ne suis pas spécialement férue d'histoires policières.
Mais j'aime bien mes copains voisins et je me suis jointe à eux. Une fois assise dans la salle ma copine Odette m'a prévenue que c'était un film drôle et que tout le monde allait se bidonner....
Je ne sais pas si vous êtes comme moi (sans doute pas, je pèse mon lot d'esprit de contradiction) mais généralement, être prévenue comme ça fige mon sens de l'humour.
Mais tout de même, j'étais détendue et prête à tout.

Ce n'est pas un chef d'œuvre mais c'est un film bien fait, basé sur une pièce de théâtre de boulevard de 1934, et qu'Ozon a magnifiée avec d'excellents acteurs, des reconstitutions du Paris de l'époque assez bien fichues, des costumes époustouflants, des clins d'œils aux vieux films comme Quai des Orfèvres, à Louis Jouvet, à Sarah Bernard, à Danielle Darrieux, à Raimu. Tout était réuni pour passer un bon moment, sans allusions à Hitler ou à la guerre, ni à quoi que ce soit de pénible.
C'est aussi un parodie complète et totale. Les protagonistes, tous autant qu'ils sont, sont des parodies. Le juge d'instruction, le procureur, l'avocate, la jeune actrice - soi-disant criminelle - le jeune homme de bonne famille, la concierge, le père du jeune homme et directeur d'usine, l'ancienne actrice du muet... TOUS sont des parodies du genre. Leurs actions, leur discours, leurs mimiques sont des parodies qu'on comprend tout tout de suite et on rigole beaucoup.
La jeune actrice avoue avoir commis un crime en se défendant contre une parodie de producteur qui voulait la violer Avec son amie avocate, elles distillent au cours du procès un certain nombre de discours féministes qui, en soi, ne passent pas trop mal, et qui auraient même pu être lancés dans la salle d'audience de l'époque.
Seulement, cette nana qui s'accuse d'avoir tuer un gros cochon de directeur de théâtre qui en voulait à sa vertu, tout ça pour devenir célèbre, passer dans les journaux, pouvoir décrocher des rôles au théâtre et gagner beaucoup d'argent, je crois que c'est ce qui n'est pas très bien passé chez moi. Je n'ai pas voulu casser l'ambiance et je n'ai rien dit hier soir en sortant du cinoche, quand ma copine Odette continuait à rire en montant en voiture.
Bien sûr on peut rire de tout, et Ozon s'y prend plutôt bien. Mais le moment est assez mal choisi. Reynhaneh Jabbadi vient d'être pendue pour ça.
Evidemment ce n'était pas le but du film qui reste une pochade, le type même du film distractif.
J'ai quand même eu l'impression de perdre mon temps et de rire jaune.

xyla56
Administrateur
Messages : 4864
Enregistré le : 01 août 2013, 19:11
Localisation : ardèche

Re: Au cinéma, hier soir

Message par xyla56 » 01 avr. 2023, 20:38

effectivement, la motivation de la fille me laisse perplexe. J'y vois une attaque sournoise contre le féminisme avec, évidemment, l'excuse de l'humour...

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 02 avr. 2023, 09:35

Toi aussi, tu as senti ça ? Est-ce qu'Ozon serait aussi peu fiable ?

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 02 avr. 2023, 10:51

J’ai bien aimé le récit de MM et ses réticences. Je suppose que je ne courrai pas pour voir ce film.

La question sous-jacente est celle de la proportion de nuances qu’on peut afficher quand une bataille sociale (sociétale ?) est en cours. Ou plus concrètement, doit-on croire sur paroles toute personne se disant victime d’une agression ?

Dun coté, l’augmentation soulignée par l’actualité de violences sexistes touchant les femmes, des violences dont la partie extrême est le féminicide n’encourage pas à respecter le droit à la défense des hommes incriminés. Le cas Bayou est intéressant de ce point de vue. Accusé par des rumeurs et non dans le cadre d’une procédure ordonnée où il aurait pu 1) entendre un acte d’accusation et 2) déployer sa défense … il se retrouve démonétisé.

Je rejoins volontiers le combat féministe général mais je garderais mon quant à soi pour évaluer les cas particuliers. Le monde est rempli de gens, hommes et femmes, peu fiables.

Sur d’ autres plans, je garde une certaine méfiance sur les propos qui feraient des soldats ou mercenaires russes les seuls capables de comportements inacceptables comme l’exécution de prisonniers. On se souvient de ce soldat fusillé fumant sa dernière cigarette… À l’issue des batailles (dans 2 ou 3 ans (?) )ou dans 20 ans, l’on recensera des vilénies de part et d’autre.

Mais sans oublier que c’est avant tout la volonté d’un leader impérialiste rêvant d’Empires anciens qui a poussé des Russes en armes sur le territoire des Ukrainiens. Les arguties sur les initiatives de lotan, une organisation de défense, ne tiennent pas la route.

Le déroulement d’un combat quelconque pousse à la propagande, aux raccourcis, à binariser (d’un côté tout est blanc et de l’autre c’est évidement noir) et de dire adieu à l’esprit de nuance.

Écrit dans un bistrot du 04 à StAndré, autour des 1000 mètres avec de la neige fraîche sur les hauteurs.

xyla56
Administrateur
Messages : 4864
Enregistré le : 01 août 2013, 19:11
Localisation : ardèche

Re: Au cinéma, hier soir

Message par xyla56 » 02 avr. 2023, 11:50

Marie_May a écrit :
02 avr. 2023, 09:35
Toi aussi, tu as senti ça ? Est-ce qu'Ozon serait aussi peu fiable ?
C'est ce que je ressent à la lecture de ton résumé; le fait qu'une femme s'accuse d'un meurtre et par conséquent accuse un homme d'une tentative de viol pour satisfaire son ambition me questionne sur les intentions de l'auteur. Que dans les années 1930, ce type de raisonnement soit courant voire majoritaire, j'en suis bien consciente mais près de 100 ans plus tard, ça coince. Je ne m'y connais pas assez en cinéma pour savoir ce que pense Ozon et dans quel but, il a adapté cette pièce.

2 critiques sorties du site Wiki du filmhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_crime:
"Pour Sophie Joubert de L'Humanité, « Brillamment écrit et réalisé, franchement drôle, Mon crime laisse pourtant un arrière-goût amer : flamboyantes défenseuses de la cause des femmes, Madeleine et Pauline sont aussi menteuses et manipulatrices. Comme si Ozon, en adaptant cette pièce de boulevard datée, voulait absolument donner des gages au camp adverse. »"

Pour Mathieu Macheret du Monde, « Depuis son premier long-métrage Sitcom (1998), Ozon a l’habitude de pirater des formes creuses pour leur inoculer un ferment de subversion, ce qu’il fait ici avec le vaudeville, passablement poussiéreux, afin d’y faire résonner un propos féministe. Mais l’opération vire vite à un éloge de la fausseté qui respire le cynisme.

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 02 avr. 2023, 15:01

Quels sont les rapports entre radicalité et nuance ? Où mettre la frontière entre les deux ?

Boudiou !

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 03 avr. 2023, 20:00

claude, il n'est pas question de radicalité, ici, il est question de parodie, pour ne pas dire de caricature.
Tout le monde rigolait ferme dans la salle et moi aussi par moment. Mais entre rire franc et rire cynique, il y a aussi une nuance.
Et on pourrait dire que le film est tellement bien fait qu'on ne devrait pas faire la fine bouche.
Mais je suis contente de n'être pas la seule à m'interroger sur Ozon.

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 03 avr. 2023, 23:56

Osons !

(Ai pas pu m’empêcher).

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 15 mai 2023, 12:01

j'ai regardé avec beaucoup d'intérêt la série "les sauvages" avec entre autre Roshdy Zem....très actuel....
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sauva ... C3%A7aise)

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 05 sept. 2023, 11:00

On pourrait parler de réalités vidéo qui ont fini par installer dans le monde des écrans avec un vocabulaire ad hoc.
Comme plate-forme, streaming, mini-série, série, saison et épisode, préquel, etc …

La firme à la pomme m’avait offert 3 mois de gratuité sur leurs productions, ce qui comprenait l'accès à d’autres plates-formes de streaming. Canicule et ennui aidants, cet été, j’ai fait des incursions dans ce monde sans forcément en comprendre tous les ressorts.

Cela ressemble à du cinéma mais c’est autre chose. Beaucoup des réalisations vidéos identifiées comme « séries » que j’ai zyeutées (et très souvent lâchées assez vite, sans aller jusqu’au bout) s’étalent en longueurs = elles sont formattées pour pouvoir entrer dans le cadre de durées qui n’ont rien à voir avec les habituelles 1H30 ou 2H d’un film. C’est une porte ouverte par conséquent aux longueurs le plus souvent pénibles et à des répétitions ch- - -,tes, à des dialogues insipides.

En employant des vocabulaires répétitifs, l’on découvre que certains scénaristes, et paroliers n’ont pas grand chose dans leur caboche ou que les réalisateurs sont de gros lourdauds. Mais ce n?est pas tout, pas totalement La durée de ces productions vidéo (parfois 10 épisodes de 30 (?) ou 56 minutes pour que ça fasse « une saison ») vu que le « client », le spectateur :mrgreen: étale le visionnage sur plusieurs jours, cela crée un sentiment de familiarité avec certains personnages. Lesquels prennent une consistance mentale voire affectueuse comme c?est le cas pour des personnes de notre connaissance dont on se soucie. C’est différent au cinéma avec des films dont la durée est telle qu’on les regarde toujours en une seule fois, du début à la fin = l’on ne s’attache pas de la même façon. Les séries, c’est le retour du feuilletonage. c’est-à-dire d’ un phénomène propre aux journaux d’une époque révolue, quand les œuvres imprimées de Dumas ou de Hugo (?) ou d’autres y paraissaient par épisode, au compte-gouttes, et que les lecteurs attendaient avec impatience la suite !

Les séries. J’en ai essayé une dizaine récemment. Souvent, je n’ai pas tenu la longueur et j’ai abandonné ennuyé ou dépité.

Le seul qui m’a enchanté jusqu’au bout est le récit d’une marche pleine d’embuches au milieu d’une nature difficile, c?est la caravane d’un groupe de pionniers européens fuyant l’Allemagne. Plus qu’un nouvel avatar dans le genre western, c’est le parcours sensible et l’aventure d’une jeune fille embarqué dans une longue pérégrination dans les grandes plaines des lwesterns et qui réussit à combiner les histoires particulières de quelques familles de ce convoi: il s’agit de « 1883 » avec de bons acteurs. Ce « 1883 » se présente comme un préquel de « 1923 » lui même préquel assez bien fait avec H. Ford de «Yellowstone ». Ce dernier « Yellowstone «  est regardable si l’on ne dépasse pas la 1ère saison (il y en a 4 ou 5 —houlala !) en tout).

J’ai tenté de suivre :ugeek: Fondation, une série dite de SF adaptant une œuvre d’ Isaac Asimov qui fut lui un auteur de romans de science fiction qui a eu son moment de gloire avec mon fils ainé qui lisait énormément (dernièrement, j’ai comptabilisé 30 titres de cet auteur dans notre bibliothèque familiale). Cette série, sur Apple TV + j’y ai assez vite renoncé ! J’aurais même cessé dès la fin du premier épisode. Même si ma fibre paternelle m’incitait à être plus patient. Soit Fondation à été mal adapté, soit …… vous me comprenez.

Au cours de mon exploration du monde des séries, la seule série de SF que j’ai réussi à suivre jusqu’au bout s’appelle Silo.

Voilà une des conséquences de la canicule !

plumee
Confirmé
Messages : 19020
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Au cinéma, hier soir

Message par plumee » 05 sept. 2023, 11:58

Claude, je ne t'ai pas tout lu mais ça oui:
Les séries. J’en ai essayé une dizaine récemment.
Dans le temps, j'avais bien apprécié "Borgen", sur laquelle j'étais tombée par hasard.
Je crois me souvenir que ça revient en ce moment.

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 05 sept. 2023, 13:52

Oui, ce devait être sur Arte (?) il y a qq années J’avais bien aimé moi aussi la série Borgen inspiré par une femme politique danoise (?). Cette dernière est devenue Commissaire européenne.

J’avais aimé il y a assez longtemps une mini-série anglaise dont j’ai oublié le nom (?) avec une bande de chercheurs de trésors équipés de détecteurs de métaux.

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 05 sept. 2023, 14:02

En effet, jeudi soir sur Arte, on aura droit à la 3è saison de Borgen que j'attends depuis deux ou trois ans. Je serai donc devant le petit écran. Enfin une politicienne sincère, ça nous ferait presque croire au père Noël...

Isaac Asimov est un des trois grands auteurs de science fiction, lu et apprécié pour une imagination basée sur de solides connaissances scientifiques par des tas de gens qui le porte aux nues. Peut-être devrais-tu faire confiance à ton fils en ce qui le concerne. Perso, je ne suis pas fan de science fiction, mais j'ai apprécié la poésie de certaines de ses visions.

Claude
Administrateur
Messages : 29292
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Claude » 05 sept. 2023, 14:16

Mon fils, jeune, était un lecteur rapide. Il avait besoin d’ un livre par jour. Je pense qu’ adolescent il avait subi les quolibets de ses pairs pour cette particularité.

Sans être comme lui, je lisais aussi beaucoup mais moins vite. J’avais aimé également I. Asimov pendant une période de ma vie qui elle, avait duré qq années. Du jour au lendemain, le goût pour ce genre littéraire m’avait passé. Bizarrement. De façon incompréhensible.

Si j’émettais un bémol sur Asimov, romancier, c’est que je n’ai pas dû lire quoi que ce soit de lui depuis qq dizaines d"années. C?est loin.

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 11 oct. 2023, 23:33

Je viens de voir "Un amour impossible", sur Arte. A l'époque j'avais vu des critiques assez mitigées et comme j'avais lu le livre qui m'avait bouleversée, j'avais évité la déception. C'est pourtant un très bon film, à mon sens. Une histoire insensée d'amour et d'une forme très particulière de haine sociale, raciale et d'humiliation infligée par le personnage masculin à une jeune femme, dans les années 50. Quelqu'un l'a vu ?

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 12 oct. 2023, 08:53

non, je l'ai laissé sans trop voir, pensant que c'était (encore !) une big love mais je vais le rattraper !
Je capte sur internet caca plus mais avec Bolloré je crains que ce soit devenu impossible...je regarderai via Arte...

plumee
Confirmé
Messages : 19020
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Au cinéma, hier soir

Message par plumee » 12 oct. 2023, 11:29

Quelqu'un l'a vu ?
En partie mais j'ai abandonné à la scène érotique.
Je ne suis pas bégueule pour deux sous mais plutôt réservée sur ce plan que j'estime privé, mais je ne suis pas voyeuse pour deux ronds.
Je ne trouve aucun intérêt à assister aux ébats (là, plus que dénudés) des comédiens.
Je vois bien que c'est entré dans les mœurs, mais je ne mange pas de ce pain là, moi, messieurs dames :lol:
Hier soir, je me suis demandé ce que pouvaient en penser les enfants de Virginie Effira…

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 12 oct. 2023, 13:04

plumee a écrit :
12 oct. 2023, 11:29
Quelqu'un l'a vu ?
En partie mais j'ai abandonné à la scène érotique.
Je ne suis pas bégueule pour deux sous mais plutôt réservée sur ce plan que j'estime privé, mais je ne suis pas voyeuse pour deux ronds.
Je ne trouve aucun intérêt à assister aux ébats (là, plus que dénudés) des comédiens.
Je vois bien que c'est entré dans les mœurs, mais je ne mange pas de ce pain là, moi, messieurs dames :lol:
Hier soir, je me suis demandé ce que pouvaient en penser les enfants de Virginie Effira…
mais.... c'est pas du pain Plumee !!!

ouais, les ébats amoureux, je n'ai rien contre, mais on peut sauter par dessus -si j'ose dire !- je suis arrivé à un âge où l'intérêt n'est plus le même ! D'ailleurs dans plusieurs films où ce genre de scènes sont filmées, dont l'amant de Duras, il ne s'agit pas que de mise en scène !!! Je me demande comment les acteurs peuvent arriver à... enfin bref....faut pas en faire un fromage ! mais c'est une mode cinématographique, chaque film a "sa" scène de cul !

Marie_May
Administrateur
Messages : 15917
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marie_May » 15 oct. 2023, 17:39

C'est un peu normal que nous ne soyons plus des fans de ce genre de mode. On a passé l'âge d'être émus. Je m'ennuie aussi, mais je me souviens que ce ne fut pas toujours le cas. Faut pas oublier les autres...
Mais comme dis Marc, tu peux sauter, aller boire un coup, en profiter pour faire pipi ou aller chercher ta petite laine. Le reste valait la peine et tu l'as ratée, Plume.

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 16 oct. 2023, 09:22

Il faut aussi contextualiser ce genre de scènes, le cinéaste a voulu passer un message, une réflexion qui devrait, par ce moyen, nous mettre en demeure de réfléchir. C'est une question de conscience, comment, soi-même, abordons des scènes qui a priori sont censées être du domaine de l'intime ? L'important est ce qu'il en reste et ce que nous en faisons.
A t-on la même réaction devant d'autres scènes, violentes par exemple ? qu'est-ce qui nous choque au fond ?

Marc
Modérateur
Messages : 6248
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Au cinéma, hier soir

Message par Marc » 16 oct. 2023, 17:57

Un amour impossible....
je l'ai vu via Arte....je suis capté tout de suite par le jeu des acteurs qui, avec Virginie Effira, donne de la profondeur au film. On voit bien le temps passer sur les visages, les corps, l'époque....Le fait que je sois politisé et sensible à certains aspects, j'ai tout de suite compris quel type de rapports il existe entre castes, je dirais classes sociales de milieux aisés, et les autres plutôt pauvres; il y a un vide abyssal...Le bourgeois qui se ménage des portes de sorties pour s'encanailler dans des classes non pas libérées mais plus simples dans leurs liens, sans les manières convenues. J'ai dit ailleurs que dans la bourgeoisie on est très cultivé, mais ils savent aussi faire le pire...c'est dit et non montré dans ce film....En fait c'est assez dense, les gens agissent toujours en fonction de leur culture, les scènes en apparence anodines, simples marquent profondément et les personnages sont bien campés jusque dans un érotisme qui aujourd'hui n'est plus choquant, mais on est dans les années 50...
beau film.

Répondre