Vers de terre et lombri-compostage

vermi-compost, engrais verts, basse-cour, pedo-faune, purins de plantes, biodynamie, permaculture, horticulture, arboriculture, maraîchage...
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum supprimeront tout contenu de caractère illégal dès qu'il aura été porté à leur connaissance. Pour que les échanges soient fructueux et que l'ambiance reste conviviale, ils veilleront à ce que la liberté d'expression s'accorde avec le respect des personnes. Les opinions exprimées sont celles des auteurs respectifs, les modérateurs et administrateurs n'en seront pas tenus pour responsables (exceptés concernant les messages postés par eux-mêmes).
Volubilis
Confirmé
Messages : 2067
Enregistré le : 19 déc. 2013, 07:40
Localisation : Bègles, Gironde, France

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Volubilis » 16 août 2015, 23:41

J'ai écouté : extra ! j'ai appris plein de choses..

Chichinette 11
Modérateur
Messages : 11766
Enregistré le : 01 août 2013, 22:17
Localisation : Aude (Sud Est du Minervois en limite des Corbières) Zone 9a

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Chichinette 11 » 08 oct. 2017, 09:56

Je viens d'apprendre d'où vient le nom des vers de compost :
Gustav Eisen (1847-1940) était de l’école de Linné, il en a gardé cette précision scientifique des chercheur du 18eme siècle. C’était un chercheur éclectique qui c’est intéressé entre autres fruits à la vigne et à l’avocat et a aussi donné son nom au vers de terre du fumier et compost : Eisenia foetida.

Claude
Administrateur
Messages : 15705
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Claude » 08 oct. 2017, 10:25

Paix à son âme de chercheur ! ;)

Marie_May
Administrateur
Messages : 11176
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Marie_May » 08 oct. 2017, 16:24

En fait, il a donné son nom à plein d'organismes:

Chez les vers:
Eisenia fetida
Eisenia hortensis
Eisenia andrei
Eiseniona

Les algues
Eisenia bicyclis
Eisenia arborea

Les plantes
Phacelia eisenii Brandegee
Bacopa eisenii (Kellogg) Pennell

Les insectes (moustiques)
Anopheles eiseni (qui transmet le paludisme...)

Il était d'origine norvégienne, il s'intéressait à beaucoup de choses, l'archéologie, la biologie, la zoologie, l'horticulture, il était aussi cartographe, explorateur et illustrateur. C'est lui qui a permis la protection des séquoias et l'introduction de l'avocat aux USA où il avait émigré (en Californie). Une des montagnes qui entourent le parc national de la vallée Yosemite (celle des séquoia géants qu'on connait tous) porte son nom, Mount Eisen. C'est là que ses cendres ont été répandues.

Voilà, vous savez à peu près tout.

Claire
Confirmé
Messages : 3627
Enregistré le : 02 août 2013, 09:40
Localisation : Sarthe Est limite Perche Zone 8

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Claire » 09 oct. 2017, 12:46

Et bien merci.

Claude
Administrateur
Messages : 15705
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Claude » 22 déc. 2018, 23:43

Un nouveau livre paru sur les vers de terre. ÉCRIT par l'agronome GATINEAU plus facile à lire que celui de BOUCHÉ.
Avec cette lettre au Président publié par Le Monde
.

IDÉES
« Il y a urgence à sauver le ver de terre »

Un quart des sols européens sont aujourd’hui usés. En cause, l’extinction de cet infatigable laboureur qu’est le lombric. Aussi est-il impératif de veiller à sa sauvegarde, alerte Christophe Gatineau, cultivateur et agronome, dans une tribune au « Monde » à l’adresse du président de la République.



Par Christophe Gatineau Publié aujourd’hui à 07h00, mis à jour à 09h05

Tribune.

Monsieur le président,
le temps presse, les vers de terre disparaissent et, avec eux, les sols nourriciers. Pour résumer la situation : les vers de terre nourrissent les sols, et les sols nourrissent les plantes qui nous nourrissent ; ou nourrissent les animaux que nous mangeons.
A l’image du cycle de l’eau, c’est un cercle vertueux, un échange de bons procédés où chacun nourrit l’autre. Raison pour laquelle le ver de terre a toujours été le partenaire ancestral de l’agriculteur, son abondance signant la fertilité et la bonne santé des sols. Et plus une terre est fertile, plus elle est productive, plus notre nourriture est saine et riche.

Sans l’ombre d’un doute, le fond de ma lettre concerne donc l’alimentation de demain. Et si les rayons des supermarchés ne dépendaient pas de la bonne santé des sols, ma requête n’aurait aucun sens puisque, pour l’instant, leurs étals regorgent de nourriture comme jamais. Or, le célèbre astrophysicien Hubert Reeves, pas connu pour être un catastrophiste, et encore moins un fantaisiste, déclarait en mai sur le plateau d’« Envoyé spécial » : « La disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces. »

Pourquoi a-t-il mis en perspective le ver de terre avec le bouleversement climatique ? Question de bon sens puisque les sols et les glaces fondent comme neige au soleil : un quart des sols européens étant aujourd’hui usés. En langage scientifique, on dit victime d’érosion. Autrement dit, quand les sols sont lessivés de toute vie, usés, ils migrent vers les mers et les océans, via les sources et les rivières, laissant place à des champs de cailloux. Pourquoi ?

Cycle brisé

Quand, il y a cinquante ans, nous avons décidé de ne plus nourrir les vers de terre et toute la diversité biologique, nous avons brisé le cycle. En effet, dans un système de cause à effet, où chacun nourrit ou se nourrit de l’autre, en cessant de nourrir les vers de terre, les sols ont cessé de nourrir les plantes…

Alors pourquoi les vers de terre sont-ils si importants en agriculture ? Parce qu’ils peuvent représenter jusqu’à 80 % de la masse des êtres vivants qui fabriquent la nourriture des plantes. Et en cessant de les nourrir, c’est bien l’ensemble d’un agrosystème qui s’est effondré, mort de faim ou empoisonné. Et pour revenir à l’érosion, parce qu’il ne faut jamais se tromper de sens, c’est bien l’extinction du ver de terre qui cause l’érosion des sols, comme le réchauffement climatique cause l’érosion des pôles.

Monsieur le président, il y a urgence à sauver les sols, et, dans ce domaine, nous avons besoin d’initiatives fortes et innovantes. Mais pour les sauver, il faut commencer par sauver son fer de lance, cet infatigable laboureur qui les rajeunit en permanence, les oxygène, les fertilise…

Bref, le ver de terre bénéficie d’un beau capital sympathie dans l’opinion publique. Pour preuve, le projet que j’ai porté au printemps, « Sauvons le ver de terre «, est arrivé en tête de la catégorie biodiversité lors de l’élection citoyenne organisée par votre ministère de la transition écologique et solidaire. Les Français ont choisi le ver de terre comme étant une priorité absolue dans la reconquête de la biodiversité.

Je vous demande d’accorder au ver de terre un droit à exister en lui offrant un statut juridique

Mais, contre toute attente, sans vouloir comparer ni opposer, votre gouvernement investit des millions d’euros pour réhabiliter l’ours et le loup, mais pas un seul centime sur la tête de notre allié le plus précieux pour une agriculture durable et économe en énergie. Mieux, l’Etat l’a carrément oublié puisqu’il ne bénéficie d’aucune protection, d’aucun plan d’action national ou européen, et d’aucune mesure dans la loi pour la reconquête de la biodiversité alors que l’arsenal juridique existe.

Il n’est pas une espèce protégée, alors que, depuis Charles Darwin, nous savons que le lombric terrestre est un animal à part entière qui vit dans un terrier où il s’aménage une chambre. Une chambre dont il recouvre volontairement le sol de feuilles, de petites pierres ou de graines, à la seule fin de pouvoir s’y reposer en toute quiétude. Et nous savons aussi, qu’avant de s’y enrouler, il a pris un soin infini à refermer l’entrée de sa galerie.

Monsieur le président, sachant que notre futur dépend des sols, et les sols de l’avenir du ver de terre, je vous demande de lui accorder un droit à exister en lui offrant un statut juridique. Le loup, l’ours ou l’abeille ont des droits, et rien ne justifie aujourd’hui que le lombric terrestre n’en a aucun.

Que faire d’autre ? Par exemple, suivre les conseils de cette professeure d’agronomie qui écrivait il y a quelques semaines dans une revue professionnelle : « Si on expliquait à tous les jeunes de 8 ans l’importance du ver de terre, en une génération l’érosion disparaîtrait de la planète. »

Monsieur le président, il y a urgence à sauver le ver de terre et, indirectement, à sauver toute la diversité biologique. Le ver de terre est le moteur de la transition écologique et solidaire, car, sans lui, sans eux, pas de sols nourriciers, pas de nourriture, pas de transition. Aussi, je me tiens à votre disposition pour vous présenter toutes les solutions pour le réhabiliter dans le modèle agricole.

Christophe Gatineau (Cultivateur, agronome, et auteur de « Eloge du ver de terre » (Flammarion, 212 pages, 16,90 €).)
Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires

Marie_May
Administrateur
Messages : 11176
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Marie_May » 23 déc. 2018, 10:41

Rien à redire... Vive Christophe Gatineau! surtout s'il est entendu. Mais le sera-t-il ?

Claude
Administrateur
Messages : 15705
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par Claude » 23 déc. 2018, 13:54

Nousvoulonsdescoquelicotsetdesabeillesetdesversdeterre…

plumee
Confirmé
Messages : 9072
Enregistré le : 19 sept. 2013, 19:37
Localisation : Ardèche centrale-côteau surplombant le Rhône

Re: Vers de terre et lombri-compostage

Message par plumee » 23 déc. 2018, 17:52

Pauvres bêtes, victimes des bêtes bêtes que sont les humains.

Répondre