Transparence ?

l'actualité, les projets, les envies, bref tout ce dont vous avez envie de parler !
Règles du forum
Les modérateurs de ce forum s'efforceront de supprimer ou éditer tous les messages à caractère répréhensible aussi rapidement que possible. Toutefois, il leur est impossible de passer en revue tous les messages. Vous admettrez donc que tous les messages postés sur ce forum expriment la vue et opinion de leurs auteurs respectifs, et non celles des modérateurs ou des administrateurs (excepté des messages postés par eux-mêmes) et par conséquent qu'ils ne peuvent pas être tenus pour responsables des discussions.
Marc
Modérateur
Messages : 1906
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Transparence ?

Message par Marc » 28 juin 2014, 14:28

Oui Patricia, j'ai vu ça. À l'instar du GMT, le TISA est le fruit de la même intention politique....Ces traités, à 2, 3, 20, 50 pays sont là, sous la houlette bienveillante d'officines opaques, avec des objectifs inavouables, parce que, révélés, ceux-ci feraient l'objet de scandales dignes de celles d'un Snowden, d'un Dessange et bien d'autres lanceurs d'alertes....Encore que ! si les médias omnipotents et ventripotents acceptent d'en révéler la substance et de ne pas en occulter ou diluer l'essentiel !!! eh oui ! diluer est essentiel pour faire avaler les pilules...
Alors oui, le monde se délite, lentement mais sûrement... Ce qui bloque à l'OMC est relancé ailleurs, d'où tous ces "accords" conclus çà et là dont aucun peuple et même de nombreux élus ignoraient l'existence même....
On se souvient (du moins j'espère) du TSCG refusé par les Français à 55% et que le traité de Lisbonne à effacé d'un seul coup de chiffon (et dont l'auteur VGE disait lui-même que rien n'avait changé)... L'ASCG (feu Bolkenstein), sorti par la porte à coup de pétitions et d'actions est de nouveau entré par le soupirail avec le doux nom de TISA.
On se rappelle de la lutte contre les OGM et dont la Commission de Bruxelles, sans doute incapable d'imposer la voracité des semenciers, à décider de jouer les arbitres .... en laissant chaque pays de l'UE "libre" de décider...sauf qu'en cas de conlits (qui ne manqueront pas) entre un Etat et une multitionale, la Commission aura la possibilité d'imposer ce qur les semenciers demanderont....idem pou les gaz de schiste, idem pour bien des choses encore... C'est bien le sens de la démarche du GMT, comme son frère jumeau l'ALENA et dont tous les pays (US-Canada-Mexique) ne peuvent plus imposer de loi autre que la volonté économique des multinationales, perdant tous les procès intentés par ces derniers.
Quoi ? Je confonds tout ? Malheureusement non, c'est la même ligne directrice, la même volonté...il n'y a rien à trier, il faut jeter l'eau du bain avec le bébé.

Marc
Modérateur
Messages : 1906
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Transparence ?

Message par Marc » 28 juin 2014, 16:08

En guise de commentaire à ce qui précède, voici un communiqué des assos ATTAC et AITEC à propos d'un vote à l'ONU. Je confirme que les politiques actuelles, en France notamment, suivent une ligne directrice très perceptible pour qui suit de près les différentes démarches dans le dédale de l'UE. Mais pas seulement elle. Et pour le compte d'une finance internationale qui fait tout pour mater les peuples.


Ce jeudi 26 juin, malgré l’opposition de la France, de l’Allemagne et des États-Unis, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU s’est prononcé en faveur d’un projet de résolution déposé par l’Équateur et l’Afrique du Sud afin d’élaborer de nouvelles normes internationales contraignantes sur les entreprises multinationales et les droits humains. Attac France et l’Aitec dénoncent le vote français contre une initiative bienvenue et justifiée, tant il est urgent de mettre fin à l’impunité dont bénéficient les multinationales et garantir l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités.

 

C’est par 20 votes pour, 14 contre et 13 abstentions que la résolution en faveur d’un futur instrument légalement contraignant envers les multinationales a été adoptée au Conseil des droits de l’Homme (CDH) de l’ONU. Cette résolution, dont le principe avait été soutenu par 85 États de la planète en septembre dernier, ouvre une opportunité historique pour combler un manque flagrant : il n’existe pas, au niveau international, d’instrument juridiquement contraignant, pourvu de mécanisme de sanction, pour réguler et contrôler les impacts des multinationales sur les droits humains et assurer l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités.

Les multinationales bénéficient ainsi d’une asymétrie dans le droit international puisqu’elles disposent aujourd’hui de toute une batterie d’instruments normatifs (accords de libre-échange, traités bilatéraux sur les investissements, mécanismes d’arbitrages internationaux, etc.) qui protègent leurs droits et leurs intérêts, renforçant d’autant leur pouvoir économique et politique. Toutes les tentatives passées pour sérieusement contrôler leurs activités et leurs impacts sur les droits humains ont échoué, notamment suite à leur fort lobbying, et seuls existent aujourd’hui des codes volontaires et des principes directeurs juridiquement non-contraignants et absolument inefficaces.

Pourtant, de Bhopal au Rana Plaza en passant par le cas de Chevron en Équateur ou de Marikana en Afrique du Sud, nous ne manquons pas de cas d’études et de documentation, y compris au sein des instances internationales, pour justifier la double nécessité de destituer l’architecture d’impunité dans laquelle évoluent les multinationales, et d’introduire des dispositions contraignantes garantissant que les droits économiques, sociaux, politiques et environnementaux des populations ne puissent être violés par les multinationales, et rester impunis.
Des centaines d’organisations et de mouvements sociaux du monde entier soutiennent la proposition initiée par l’Équateur et l’Afrique du Sud et se sont mobilisés cette semaine à Genève, et ailleurs, pour faire pression sur les États membres du CDH et sensibiliser l’opinion publique internationale. En votant en bloc contre le projet de résolution, les pays européens et de l’OCDE (hormis le Chili qui s’est abstenu) ont fait passer les intérêts des multinationales au-dessus de la protection des droits humains.

Attac France et l’Aitec appellent le gouvernement français à revoir sa position, et à s’expliquer à défaut. Nous considérons en effet que le soutien français à cette résolution n’aurait contredit ni la mise en application des principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits humains de l’ONU, ni le projet de loi français en cours de préparation sur la responsabilités des acteurs économiques à l’étranger, qui ne devrait comporter aucune mesure contraignante. Le lobby des multinationales françaises et le ministère de l’économie et des finances, qui étaient parvenus à grandement limiter la portée du contenu de la loi sur le développement et la solidarité internationale adoptée en février dernier http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0289.asp quant aux obligations des entreprises françaises vis à vis de leurs filiales et sous-traitants, a-t-il été plus fort que l’obligation de la France à respecter ses engagements internationaux sur les droits humains   ?

Nos deux organisations suivront avec attention les suites qui seront données à cette résolution, en particulier les travaux du groupe de travail intergouvernemental qui devrait être créé d’ici 2015 pour construire des propositions plus précises. Elles s’engagent également à poursuivre leurs initiatives et mobilisations visant à réduire l’emprise du secteur privé, notamment à travers les accords de libre-échange et d’investissement, sur nos économies, sur la nature et sur nos vies
.


Voilà UNE des raisons pour laquelle je ne crois absolument plus du tout à la politique européenne et nationale.

Claude
Administrateur
Messages : 20815
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Transparence ?

Message par Claude » 01 nov. 2015, 16:56

J'ai suivi le début de l'émission de Canal du jour avec Ali Baddou sur cette histoire rocambolesque de l'évasion de 2 pilotes condamnés par la justice d'un autre pays. La fameuse ligne aérienne Air Cocaïne. Le plus clair de l'émission soulignait le rôle d'un responsable FN dans cette évasion. Étonné par le gros effort du média pour l'amener à avouer son rôle. Par l'angle privilégié par le média. On perd du temps à attendre que cesse le mutisme de ce commanditaire potentiel. À quoi bon ? Pourquoi une telle insistance sur ce point ?
Enfin pas gêné le responsable de cette émission de rendre ce député FN sympathoche ! Un petit air de Tintin et Milou…

Comme souvent, il y a quelque chose de déséquilibré dans le traitement des infos. Il me semble que la logique du média est de capter de l'audimat, avant tout, quitte à donner beaucoup d'importance aux idées et comportements des gens de cette formation. Du coup, d'autres informations n'auront pas la même exposition. Canal aura fait se redresser un peu sa courbe d'audience et donc ses rentrées publicitaires. Le média recherche les "bons clients" au détriment des clients moins spectaculaires.

Cet éloignement de sujets importants de nos yeux et oreilles ou cette réduction des questions plus sérieuses… nous le paierons un jour.
C'est le cas de la question du TAFTA, ce traité de commerce transatlantique, qui devrait influencer la vie de la plupart des citoyens du continent. Et dont on nous dit peu de choses dans les médias si ce n'est qu'il suscite des oppositions. Mais il y a très peu de chair autour de l'os de ces informations, pas grand chose à se mettre sous la dent. Certes, il y a peu de transparence autour de ce qui se dit …… mais il y aurait de quoi faire quand même.

Voici une exception à ce vide médiatique. Il s'agit de l'émission Le téléphone sonne sur France-Inter (29.10.15).
J'ai aimé entendre débattre deux personnes ayant une expertise de ces négociations et qui en échangeant des arguments nous apportent des éléments de compréhension.

http://www.franceinter.fr/emission-le-t ... r-le-tafta

Marie_May
Administrateur
Messages : 13248
Enregistré le : 01 août 2013, 23:36
Localisation : Nord Aveyron, Gorges du Lot, zone 8A, climat 4

Re: Transparence ?

Message par Marie_May » 02 nov. 2015, 10:47

la logique du média est de capter de l'audimat...

la question du TAFTA, ce traité de commerce transatlantique, qui devrait influencer la vie de la plupart des citoyens du continent. Et dont on nous dit peu de choses dans les médias ...

nous le paierons un jour...


Claude, c'est une nouveauté pour toi?....

Claude
Administrateur
Messages : 20815
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Transparence ?

Message par Claude » 02 nov. 2015, 13:06

Hélas non.

Tu dois trouver que je rabâche !?
;)

Marc
Modérateur
Messages : 1906
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Transparence ?

Message par Marc » 02 nov. 2015, 13:41

je connais un excellent remède contre le hoquet....un verre de cognac la tête à l'envers.... :mrgreen:

Marc
Modérateur
Messages : 1906
Enregistré le : 02 août 2013, 18:14
Localisation : Touraine entre fromage de chèvre et vin de Chinon

Re: Transparence ?

Message par Marc » 02 nov. 2015, 14:26

Non Claude tu ne rabâches pas, j'aurais presque préféré ! :oops:
Peut-on penser que les medias cachent des choses ? et manipulent l'opinion ?
Je pourrais dire de façon très abrupte : oui. Et particulièrement dans les médias importants.
Dites-moi, qui pour l'essentiel est propriétaire des moyens d'infos ? Cherchez et trouvez, ce sera un premier élément de réponse.
Qu'est-ce qu'être journaliste dans ce cadre là ? Quels sont les contrats de salariés ou autre ? La guerre entre les uns et les autres ? un deuxième élément de réponse.
Comment sont formés ces journalistes ? Qui gère de près ou de loin les écoles de journalisme ? un troisième élément de réponse.
C'est sans doute encore plus subtile que ça.
Le phénomène n'est pas nouveau pour quiconque se soucie de la vérité (mais...qu'est-ce que la vérité?....). Lorsque l'on a du parti-pris (sans être pris dans un parti mais ce n'est pas une tare d'être membre d'un parti ou syndicat) comme moi je dirais que le mensonge médiatique est structuré, pensé sans pour autant être visible de l'extérieur.
Et si nous prenions les choses à l'envers ? Parlons plutôt de ce que les médias ne disent pas, ou si peu que cela passe inaperçu. Prenez l'actualité pour aller au plus facile. Le nombre de chomeurs par exemple, que vont plutôt privilégier les médias, je ne donne pas d'exemple parce que ce serait trop simple. Parler du TAFTA, oui on entend le sigle, l'intention, où on a entendu parler du boeuf aux hormones, du poulet à la javel ou des tribunaux d'arbitrages privés, passant par dessus les Etats et leur Constitution....etc.etc....Mais là il n'y a pas que les journalistes qui se taisent, les politiques et consorts sont aussi dans le "jeu". Faut-il croire que les medias caressent l'info dans le sens du poil ? Pour ne pas dire autrement...
Pour commencer, je suggère de jeter un oeil par là : http://www.acrimed.org/Petit-expert-dev ... lance-d-un Vous allez, comme moi, découvrir tout un univers... !
L'information est une arène, c'est le premier qui parle qui tue l'autre. Faire la une donne du pouvoir, mais attention, ne pas dire n'importe quoi ! sinon le placard n'est pas loin ! et puis on ne vous donne pas trop de temps pour vérifier vos sources. Combien de journalistes se sont pris les doigts dans le clavier ou la tête dans le micro pour ne pas avoir vérifié la connerie (trop visible) qu'à éructé le voisin de pagination ?

Bon, je poste ces quelques réflexions et je file au jardin, j'ai du BRF à installer....à plus !

Claude
Administrateur
Messages : 20815
Enregistré le : 01 août 2013, 21:06
Localisation : 06- Collines niçoises (300 m) entre mer et montagnes, près du lit du Var.

Re: Transparence ?

Message par Claude » 03 nov. 2015, 00:31

Pour les acteurs (journalistes et politiciens) de l'actualité, je préfère ne pas parler de mensonge. J'imagine qu'il s'agit à la fois de paresse et de manque de compétences. Peut-être de découragement devant la complexité de certaines questions. Et cerise sur le gâteau, de découragement devant la difficulté d'expliquer à des publics trop variés.

C'est parce que l'émission que je signalais essaie de se sortir de ces ornières que j'en parlais.

Répondre