Page 5 sur 37

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 19 nov. 2013, 16:54
par ALAINGARD
LES NYMPHEAS NOIR de Michel BUSSI: un polar chez les impressionnistes, dans Giverny le village de Claude Monet. Une visite de ce village en compagnie de personnages insaisissables. un dénouement quasiment impossible à deviner. Vraiment un livre qui sort de l'ordinaire mais il faut quand même s'accrocher parfois.
A découvrir et il est en poche.
Ps: je ne suis pas souvent sur le forum, trop de boulot mais je vous suis de loin. :oops:

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 19 nov. 2013, 18:44
par Chichinette 11
http://yelims4.free.fr/Ordinateur/Ordinateur07.gif Pas grave, du moment que tu ne nous abandonnes pas définitivement.

Quand tu dis :
mais il faut quand même s'accrocher parfois.
c'est pourquoi ? C'est mal écrit (pas clair, tarabiscoté) ou c'est l'histoire qui est horrible ?

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 20 nov. 2013, 13:37
par ALAINGARD
Non, c'est un peu brouillon parfois, mais je te rassure rien d'horrible..

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 20 nov. 2013, 14:32
par Chichinette 11

Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 25 nov. 2013, 15:17
par Main-verte
> :arrow: Les abeilles et la vie
http://ecx.images-amazon.com/images/I/5 ... _SS75_.jpgMe semble interessant! :mrgreen:
Description de l'ouvrage de Didier van Cauwelaert
Date de publication: 24 octobre 2013
Elles nous ont appris les principes de l’agriculture et de la pollinisation il y a des millénaires, bien avant que l’on n’en connaisse la moindre technique. Les abeilles accompagnent la vie des hommes depuis toujours et leur rôle dans la nature n’est plus à démontrer. Passionné par l’Apis mellifera, Didier van Cauwelaert met sa plume d’écrivain au service de ce petit insecte capable de grandes choses pour notre environnement. C’est en effet grâce aux abeilles et autres pollinisateurs que les jardins fleurissent et que nous pouvons consommer quotidiennement des fruits et des légumes. Et que dire de leur miel que l’on savoure depuis des siècles ? L’auteur nous invite à mieux connaître le peuple des abeilles, à découvrir l’organisation fascinante de la ruche et les codes très élaborés qui la régissent, à réfléchir sur la place qu’elles occupent à divers endroits de la planète en fonction des besoins de nos sociétés. Un texte magnifique, accessible à toutes et à tous, illustré par les photographies étonnantes de Jean-Claude Teyssier, qui capte au plus près les moindres faits et gestes des sentinelles de l’environnement. On ne cesse de l’entendre : il faut protéger les abeilles. Avec ce très bel ouvrage, Didier van Cauwelaert parvient avec beaucoup de talent à nous en convaincre.
:ugeek:
D'autres:http://ecx.images-amazon.com/images/I/5 ... _SL90_.jpg http://ecx.images-amazon.com/images/I/4 ... SS100_.jpg
:ugeek:

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 01 déc. 2013, 22:19
par Claude
Lecture en cours. Je suis tombé dans un bouquin sur les guerres de religion. Pas les Croisades, ou l'affaire des Albigeois mais celle qui dévasta le royaume de France au XVI°siècle, la guerre civile entre catholiques et huguenots. Il s'agit de  Fortune de France, de Robert Merle. Le premier d'une série assez longue.

J'espère que l'auteur possède des compétences historiques et que les décors, le support des rapports romancés et des intrigues sont solides et bien documenté.s
Les rapports de pouvoir, la montée des extrémismes sont des choses qui me parlent. Quelqu'un connaît-il cette saga ?

.

Il y a un beau passage sur les foins en 1560 à Mespech, sur une séance de maniement de la faux par un groupe de faucheurs… pages 155-161. Éd LdP.
Si ce n'était si long, et problématiques pour des questions de droit, j'aurais bien aimé vous les offrir en lecture.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 01 déc. 2013, 23:55
par Chichinette 11
Tu découvres le monde Claude ?

Fortune de France ça date de la fin des années 70. J'ai dû lire les 6 premiers qui sortaient au rythme de 1 tous les un peu plus d'un an et ensuite il s'est arrêté un moment et je n'ai jamais repris le fil. A l'époque, tout le monde lisait ça, où donc étais-tu dans ces années là ?

Tu n'as pas lu Malevil non plus ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Merle

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 02 déc. 2013, 00:21
par Claude
Le monde est tellement grand et moi si petit.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 02 déc. 2013, 09:03
par Chichinette 11
http://yelims1.free.fr/Bisous/Bisous15.gif T'en fais pas, moi aussi je suis petite mais comme justement je ne connais pas grand chose, j'étais surprise que toi qui a l'air plus calé tu ne connaisses pas ces bouquins qui étaient à la devanture de toutes les librairies à l'époque http://img4.hostingpics.net/pics/555206smaks.gif

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 02 déc. 2013, 10:03
par ALAINGARD
J'avais adoré cette série à l'époque, et je la trouvais bien faite. J'ai fait comme Chichinette à un moment j'ai décroché.
Ha! Malevil, super bouquin.
Bonne lecture, tu vas te régaler et chevaucher à côté du jeune Siorac et Miroul.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 07 déc. 2013, 09:18
par Hestia
ALAINGARD a écrit :LES NYMPHEAS NOIR de Michel BUSSI: un polar chez les impressionnistes, dans Giverny le village de Claude Monet. Une visite de ce village en compagnie de personnages insaisissables. un dénouement quasiment impossible à deviner. Vraiment un livre qui sort de l'ordinaire mais il faut quand même s'accrocher parfois.
A découvrir et il est en poche.
Ps: je ne suis pas souvent sur le forum, trop de boulot mais je vous suis de loin. :oops:
Je viens de le lire, il est excellent. Tellement stupéfaite que j'ai relu la fin! Il nous "promène" dans Giverny autant que dans son histoire.
A noter aussi le précédent: "Un avion sans elle" que je recommande également.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 09 déc. 2013, 14:09
par ALAINGARD
Pareil que toi, je me suis dit, je n'ai pas tout compris, j'ai du sauter quelque chose :lol:

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 09 déc. 2013, 15:20
par Hestia
Oui, il est quand même très fort, le Monsieur! :lol:

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 09 déc. 2013, 16:23
par Marie_May
Tiens je vous écoute et je vais me le payer pour mon petit nowel....

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 09 déc. 2013, 21:06
par LAVANDE05
Découvert , Douglas KENNEDY : La poursuite du bonheur , et cet instant là . Bien aimé surtout le deuxième très documenté sur le Berlin des années 1980 .

Pas aimé du tout "le fakir qui était caché dans une armoire IKEA" présenté comme hilarant par ma copine qui se laisse un peu trop impressionnée par les critiques et "meilleures ventes " livre que j'ai trouvé totalement nul .

M'en vais reprendre ma série de Menkell (qu'il faut lire en respectant les dates de parution pour suivre la vie du flic depressif).

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 10 déc. 2013, 09:31
par ALAINGARD
Menkell, j'ai bien aimé, j'ai abandonné les derniers, mais cette série est bien faite. Par contre j'ai regardé une fois à la tv l'adaptation bof! Comme souvent on est déçu.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 10 déc. 2013, 15:17
par Marie_May
Je crois (si c'est bien de lui) n'avoir lu que le Chinois. M'avait pas spécialement attiré, ce Chinois-là.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 10 déc. 2013, 15:46
par Zinette
Comme quoi .............j'avais adoré ce livre mais Mankell en général, j'aime ! Y compris les adaptations télé que je trouve personnellement très réussies!
D. Kennedy c'est un de mes petits bonheurs! Tout lu aussi sauf le tout dernier "Cinq Jours" .........mais Noël :D approche!

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 11 déc. 2013, 09:16
par ALAINGARD
Pas lu le Chinois! Ce que j'aime chez Mankell c'est l'ambiance, on est vraiment dépaysé, on connait très mal le nord de l’Europe (pour ma part) et ces coins m'ont toujours fasciné, je veux absolument les découvrir avant de quitter cette vie. De plus le commissaire est assez attachant et les intrigues assez bien ficelée. Je conseille de le découvrir dans l'ordre.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 11 déc. 2013, 09:19
par Claude
Alain m'enlève les mots de la bouche. Tout pareil.
Moi j'irai par la voie des airs …… http://www.smiley-lol.com/smiley/deplac ... ndirig.gif



Fortune de France, le n° 1 de la série de R. Merle fini. En suis au n°2, En nos vertes années. Ça se lit bien.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 11 déc. 2013, 12:07
par Patricia
Je suis en train de lire les racines du ciel de Romain Gary. Eblouissant, intense. Du jgrand art littéraire. Et parallèlement Pladoyer pour l'altruisme de Matthieu Ricard, gros pavé de 900 pages, assez curieux ce mélange de considérations issues du boddhisme, d'anecdoctes et de propos scientifiques.

Sinon, j'ai lu aussi ces derniers temps :
La dernière conquête du major Pettigrew , sympa, léger.
Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger, drôle malgrè la gravité du sujet, très facile à lire.
1275 morts de Pouy.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 12 déc. 2013, 08:58
par plumee
Une semaine pour lire un gros pavé. Ce qu'il y a d'exceptionnel? Que je viens seulement de récupérer mes capacités de lecture suivie, après presque 20 années de privations (j'étais une dévoreuse), dues à l'effondrement de mes capacités cognitives, en raison de mon intolérance gluten/lactose découverte tardivement. Ce n'est qu'après 6 années de régime que j'ai pu retrouver l'immense bonheur de dévorer. Je vous raconte ça parce que c'est bon à savoir.
NB: les capacités cognitives sont les plus longues à récupérer, après les nombreux handicaps que génèrent ces intolérances alimentaires.

Donc j'ai dévoré en une semaine le gros pavé:

"La couleur des sentiments", de Katleen STOCKETT.
Pris un peu au hasard à la bibliothèque bien que le titre ne m'attirait pas du tout, mais c'était l'histoire de bonnes (ma mère a été employée de maison chez des bourgeois pendant mes treize premières années et nous habitions chez eux).

Roman mais en même temps, histoire vécue par l'auteur (blanche, ayant eu une bonne noire).
L'histoire se passe au Mississipi dans les années 60 et relate la vie des bonnes noires chez les patrons blancs.
Dans une des familles, la fille de vingt ans, qui vient de finir ses études et veut être journaliste, pose un jour la question à ne pas poser, à la bonne de ses parents: "Vous n'avez jamais eu envie de changer les choses?". La bonne est figée et se tait, dans un premier temps: trop de risques.
La jeune fille va persévérer pour écrire un livre sur la vie de ces bonnes et leur ressenti. C'est un parcours du combattant incroyable, à l'encontre de toutes les habitudes et les idées, et une formidable démonstration de la puissance de haine mais aussi d'amour et de volonté de changement chez les humains, quels qu'ils soient.
Les chapitres du livre s'entrecroisent car ils sont l'émanation de chacun des personnages principaux, à savoir les bonnes et la jeune journaliste.
Enfin, quoi, c'est comme si chacune parlait tout haut.
Je n'ai découvert qu'à la fin l'implication personnelle de l'auteur et j'en ai été émue aux larmes tellement cela me parlait.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 12 déc. 2013, 09:23
par Claude
Cela fait écho à un "détail" entendu lors de la bouche d'une invitée (F-C ou F-I) des commémorations en Afrique du sud.

L'apartheid (mot qui vient du français, "à part" accolé au suffixe "heid" cousin germain du "hood" de "brotherhood" anglais par exemple)
séparait les gens selon leur couleur de peau …… mais les enfants blancs avaient des nounous noires
avec lesquelles se développaient des sentiments maternels et filiaux.
Tout cela s'arrêtait brutalement à l'âge de la majorité des enfants, et du jour au lendemain enfant et nounou ne se connaissaient plus !

Un détail !? Je ne sais si le terme schizophrénie est correct mais cette seule facette de l'apartheid a un goût de folie furieuse.

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 12 déc. 2013, 10:19
par Marie_May
Oh, la séparation se faisait bien avant la majorité des enfants, Claude. Il suffisait que la bonne ait un défaut quelconque qu'on pouvait lui reprocher, et elle était virée sans tambour ni trompette. Tant pis pour l'enfant qui s'était attaché à elle généralement plus qu'à sa mère.

Heureusement, même dans ces sociétés apparemment cadenassées, il y a des hommes (et des femmes) de bonne volonté et des hommes (et des femmes) aux opinions bien trempées qui s'entendent pour se battre côte à côte et faire changer-avancer les choses. Mais bon sang, que c'est lent...

Re: Je bouquine, tu bouquines, nous bouquinons

Posté : 12 déc. 2013, 10:52
par Muscardine
plumee a écrit :
"La couleur des sentiments", de Katleen STOCKETT.
Pris un peu au hasard à la bibliothèque bien que le titre ne m'attirait pas du tout, mais c'était l'histoire de bonnes (ma mère a été employée de maison chez des bourgeois pendant mes treize premières années et nous habitions chez eux).

Roman mais en même temps, histoire vécue par l'auteur (blanche, ayant eu une bonne noire).
.
Je l'ai vu en film assez récemment et j'ai beaucoup aimé le thème.
ça me donne envie de lire le livre.